Pourquoi le monde n’aime plus Israël

Ouri Wesoly
Selon une enquête, l’Etat juif est de moins en moins bien considéré sur la planète. Est-ce parce que tous les non-Juifs sont antisémites ? L’idée est bien pratique et n’a que le défaut d’être fausse.
Partagez cette publication >
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur print

C’est le genre de sondage dont on se passerait bien : la BBC a demandé à  28.000 personnes de 27 pays par le monde : « Pensez vous que chacun des pays suivants a une influence plutôt positive, ou plutôt négative dans le monde? »

Résultats : 23 pays sur 27 ont une image négative d’Israël. Globalement, il récolte 49% d’opinions négatives contre 21% .de positives. Ne font pire que le Pakistan, la Corée du Nord et  l’Iran.

Quelques détails ?  En dehors des Etats musulmans, le pays où Israël est le moins bien vu est l’Allemagne : 77% d’opinions négatives et 10% positives, suivi par la Grèce (68-11), la France (66-12) et la Grande-Bretagne (65-17)

Les quatre Etats où les chiffres s’inversent sont la Russie (35 % positifs contre 27 %  négatifs), le Ghana (32 -27) , l’Inde (21-18) et les Etats-Unis (43 % – 41% ).  A noter qu’en un an, les « négatifs » américains ont augmenté de 10%.

Comment interpréter ces données ? En diaspora comme  en Israël, la droite, à son habitude a tenté le déni en mettant en avant quelques améliorations : en Chine, même si les « négatifs » restent majoritaires (48%), les  « positifs » sont passées de 30 à 40%.. Chez les Egyptiens, les « négatifs » sont tombés de 92 à 78% . Et globalement, les « positifs »  sont passés de 19 à 21% …

Consciente sans doute du peu d’impact de ces détails, la droite a ensuite entonné son air favori : le monde entier est anti-israélien, antisémite, antisioniste, anti-Juif… Cette attitude n’est pas sans rappeler la blague du Belge qui a pris l’autoroute à l’envers. Et, lorsque la radio annonce qu’une voiture roule à contresens, il marmonne : « Une ? Ca en fait déjà 40 que je croise !»

En réalité, si vexant que ce soit pour notre égo,  les habitants de cette planète ont d’autres (pré)occupations que de persécuter les Juifs . Si les gens n’apprécient guère  Israël, ces derniers temps, ce n’est pas parce que nous avons tué le Christ, exploité les pauvres façon Rothschild, attaqué les riches comme Marx ou, tel Freud,  soulevé les jupes de l’inconscient.

 

Israël bâtit sur du sable

Les opinions publiques réprouvent Israël à cause de sa politique. Point. Parce que ses dirigeants oppriment et maltraitent les Palestiniens, occupent et colonisent la Cisjordanie,. Là comme ailleurs, cette façon de faire, quelles qu’en soient les justifications, semble tout simplement intolérable aux gens.

Nous sommes trop attachés à Israël pour ne pas comprendre les peurs, les hésitations, les tentations de ses habitants. Mais, même en la Terre sainte, le principe de réalité impose tôt ou tard sa loi.

Israël ne gardera pas la Cisjordanie, ce bout de terre qui ne lui est, au demeurant, nécessaire  d’aucun point de vue : militaire, économique ou politique (*).  Il y bâtit sur du sable. Il y gaspille en vain son sang, son énergie, ses ressources… et ses amis.  

Faut-il vraiment un sondage pour comprendre qu’il y aura de moins en moins de peuples et d’Etats qui accepteront l’annexion de la Cisjordanie ?  Et moins de Juifs. Et, moins d’Israéliens. Le vent du changement souffle au Moyen-Orient. S’il pouvait aussi dépoussiérer la politique d’Israël…

 

guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Découvrez des articles similaires