Une frontière entre Israël et la Palestine

La Rédaction
Shaul Arieli, militant israélien de la paix et ancien commandant en chef de Tsahal dans la zone Nord de la bande de Gaza a publié un livre sur le conflit israélo-palestinien.
Partagez cette publication >

Shaul Arieli a publié A Border Between Us (Une frontière entre nous) est une lecture essentielle pour quiconque souhaite parvenir à une compréhension réaliste et équilibrée du conflit israélo-palestinien, ce conflit apparemment sans fin, et surtout des moyens d’y mettre fin.

Quand et comment le conflit israélo-palestinien a-t-il commencé ? S’agit-il uniquement d’un conflit national ou également d’un conflit religieux ? Quelles sont les “questions essentielles” auxquelles sont confrontés Israël et les Palestiniens ? Israël peut-il sauvegarder son caractère démocratique tout en maintenant son contrôle sur les territoires occupés ?

Une frontière entre nous est un guide lucide sur le conflit complexe, chargé d’émotions et sanglant qui déchire le Moyen-Orient depuis plus d’un siècle. Avec ses textes analytiques, étayés par une multitude de cartes, de tableaux, de chronologies et d’illustrations, le livre déroule l’histoire de ce conflit de manière directe et cohérente.

Shaul Arieli est un militant israélien de la paix ayant une importante carrière militaire derrière lui. Ancien commandant en chef de Tsahal dans la zone Nord de la bande de Gaza, il a ensuite été secrétaire militaire adjoint du Premier ministre et ministre de la Défense (1997-1999), et a dirigé l’administration de l’accord intérimaire en Cisjordanie et l’administration de l’accord sur le statut permanent.
Cependant, A Border Between Us est loin d’être une défense unilatérale de la politique officielle d’Israël concernant les différents aspects du conflit. Comme l’a noté le comité qui lui a décerné le prix des études stratégiques sur la sécurité d’Israël, l’un des mérites du livre d’Arieli est sa “présentation équilibrée des faits et des événements, donnant la parole aux récits des deux camps ainsi qu’aux mouvements politiques concurrents au sein de chaque camp.”
A Border Between Us est une lecture essentielle pour quiconque souhaite parvenir à une compréhension réaliste et équilibrée du conflit israélo-palestinien, ce conflit apparemment sans fin, et des moyens d’y mettre fin après tout.

guest
6 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Isaac
Isaac
11 mois il y a

Si ce conflit est sans fin, c’est parce que l’autorité palestienne ne comprend pas que lorsque l’on perd une guerre il faut en accepter les conséquences.
Israël doit conserver toute la Judée Samarie qui lui appartient à tout jamais (j’espère).
Isaac

Achraf
Achraf
11 mois il y a
Répondre à  Isaac

Les Palestiniens n’ont pas demandé aux juifs de coloniser la Palestine….c’est une guerre coloniale avec motifs bibliques…….si les juifs voulaient émigrer en Palestine, il aurait fallu qu’ils s’intègrent a la population au lieu de vouloir la dominer l’imprimer et la suite on connaît..tout cela s’est fait avec la volonté des américains d’avoir une base au moyen Orient dont les colonisateurs en seraient les défenseurs…..alors 2 états est déjà injuste vu l’histoire, et deux états avec un partage équitable????????je n’y crois pas

Ernest
Ernest
11 mois il y a
Répondre à  Achraf

Monsieur Achraf,
Les juifs (dont ne ne fait pas partie étant catholique) n’ont fait que de rentrer chez eux après deux millénaire d’exode forcé.

Vos propos sont délirants tant ils démontrent que vous ne connaissez rien au sujet et à l’histoire de cette région.

Avant d’écrire, il est sage de se documenter.

Ernest
Professeur d’histoire

Maria Loose
Maria Loose
11 mois il y a
Répondre à  Ernest

Selon Shlomo Sand, il n’y a pas de documents qui prouvent cet exode forcé. Selon lui, cette thèse n’est appuyée par aucun historien sérieux.

Pierre-Michel LELOUP
Pierre-Michel LELOUP
11 mois il y a

A force de dire “non” à tout et en toutes occasions, les Palestiniens sont les perdants éternels du conflit moyen-oriental. Même leurs voisins arabes se lassent progressivement et normalisent leurs relations avec l’Etat israélien.

Jean-Paul
Jean-Paul
11 mois il y a

Depuis ce matin le monde entier s’insurge contre l’agression russe contre l’Ukraine. Ce même monde qui n’a pas réagi lorsque les terroristes du Hamas ont attaqué les populations civiles israéliennes en mai 2021.
Pourquoi cette attitude différente ? C’est simple. Dans le second cas il s’agit de populations juives qui n’intéressent personne et certainement pas nos politiciens minables

Découvrez des articles similaires

La politisation du KKL israélien agite les communautés juives de diaspora

Alors qu’il célèbre cette année ses 120 ans d’existence, le KKL crée la polémique depuis que la presse israélienne a révélé que cette organisation riche d’un patrimoine foncier important et active dans la protection de l’environnement en Israël, aurait discuté de la possibilité d’acquérir des terres palestiniennes en Cisjordanie. Cette polémique ne laisse guère indifférents les Juifs de diaspora pour lesquels le lien émotionnel et concret à Israël s’exprime notamment à travers leur soutien au KKL.

Lire la suite »