La ruche lettonne sera retirée !

Suite aux recommandations d’un panel international d’experts sur le monument érigé en 2018 en mémoire des combattants SS lettons détenus dans cette commune entre 1945 et 1946, la commune de Zedelgem a décidé de procéder au retrait de ce monument controversé.
Zedelgem – ruche lettonne – SS lettons
Partagez cette publication >
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur print

A la demande de la commune belge de Zedelgem, un panel international de quinze experts spécialisés dans l’histoire de la Seconde Guerre mondiale et de son héritage s’est réuni les vendredi 26 et samedi 27 novembre 2021. La commune a en effet demandé à ce panel de formuler des recommandations portant sur deux questions :  d’une part, la récente controverse autour du monument La Ruche lettone inauguré sur son territoire en 2018 et, d’autre part, le développement de l’ancien site du Vloethemveld où ont détenus entre 1945 et 1946 environ 16.000 combattants SS lettons.

Après avoir rappelé que « le texte de la plaque commémorative qui a accompagné le monument de septembre 2018 à juillet 2021 ne se faisait pas suffisamment le reflet de l’histoire complexe de la Légion lettone. De par son caractère incomplet, il était insultant pour les victimes de crimes commis par des membres de la Légion, même si la plupart d’entre eux avaient été commis avant qu’ils n’y soient formellement enrôlés » et insisté sur l’ambiguïté d’un tel symbole dans le contexte belge, notamment le fait que « les soldats lettons qui ont été ultérieurement incorporés dans la Légion SS lettone ont en effet combattu aux côtés de la Légion SS flamande pendant le siège de Leningrad », le panel d’experts craint que « le monument risque dès lors de devenir un lieu de pèlerinage (inter)national et une source d’inspiration pour les récits révisionnistes sur l’héritage des SS ».

Ayant également souligné que « le retrait de la plaque commémorative et le changement de nom de la place de la liberté ont certes été des premières étapes importantes », le panel estime que « le retrait du monument est la seule option pour mettre fin aux ambiguïtés qu’il perpétue ».

Le panel « recommande le retrait du monument pour le soustraire à la vue du public. En outre, le groupe d’experts recommande une phase de réflexion pour explorer la possibilité d’une nouvelle affectation de La Ruche lettone, en prenant en compte son statut d’œuvre d’art. Cette démarche doit impliquer toutes les parties prenantes et s’accompagner de l’expertise nécessaire. Une grande circonspection doit être de mise lors de la prise de décision.

Le panel envisage deux options :

1. Toute nouvelle destination doit justifier son installation dans ce nouveau contexte. Si l’on se réfère à l’objectif initial du monument, la complexité du contexte historique doit impérativement être prise en compte.

2. Une autre option pourrait être de redéfinir le monument comme un objet esthétique. Il devrait dès lors être installé dans un espace intérieur dans un contexte fournissant des informations critiques sur l’histoire du monument ».

Dans un communiqué publié le 3 décembre 2021, la commune de Zeledegem prend acte des conclusions du panel d’historiens. Après avoir rappelé que la commune « n’avait jamais voulu rendre hommage au régime nazi, ni d’excuser certains crimes de guerre ou de sciemment blesser les citoyens avec la création de la ruche letton », elle décide que « la ruche sera enlevée de sa place actuelle et une phase de réflexion, dans laquelle les experts continueront à soutenir la municipalité, sera introduite. Pendant cette période, la municipalité prendra l’initiative de consulter toutes les parties impliquées afin de proposer une solution soutenue et réfléchie d’un endroit permanent pour la ruche lettonne ».

Il s’agit bel et bien de l’aboutissement d’un combat mené par différentes associations et personnalités. Un engagement citoyen qui a réuni des hommes et des femmes d’horizons différents, des jeunes et des moins jeunes, des Juifs et des non-Juifs, tous soucieux de préserver une mémoire de la Seconde Guerre mondiale conforme à la réalité historique.

S’il s’agit d’une victoire, elle ne doit pas nous empêcher de baisser notre vigilance car quelques ambivalences demeurent dans les recommandations de ce panel que la commune a acceptées. Elles portent sur la future affectation de ce monument. Il conviendrait tout simplement de le renvoyer à son expéditeur : l’artiste letton l’ayant réalisé. Cette mesure plus claire et plus catégorique a le mérite de chlore définitivement cette controverse et de permettre à la commune de Zedelgem d’entamer son travail de mémoire en toute sérénité.

guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Découvrez des articles similaires
Zedelgem Hashomer

Quand la jeunesse juive se mobilise et agit

Le 21 juillet dernier, des membres de l’Hashomer Hatzaïr Belgique se sont rendus à Zedelgem pour dénoncer l’existence du monument érigé en mémoire des SS lettons détenus dans cette commune entre 1945 et 1946. Retour sur cette initiative menée avec le soutien de l’Union des étudiants juifs de Belgique (UEJB) et du Centre communautaire laïc juif (CCLJ).

Lire la suite »
zedelgem

Zedelgem, son église, son château et son monument en mémoire des SS

Avec le « monument de la liberté » érigé à Zedelgem en 2018, en hommage aux légionnaires lettons détenus dans cette commune entre 1945 et 1946, la Belgique est le seul pays d’Europe occidentale à honorer la mémoire de ces combattants SS. Une initiative mémorielle insultante ayant échappé au radar des démocrates flamands qui se targuent pourtant de lutter contre l’extrême droite.

Lire la suite »