L’humeur – Une hypothèse à vérifier

Joel Kotek
Jusqu’où ira Henri Goldman, l’ancien rédacteur en chef de la revue Politique ? Ses prises de position apparaissant de plus en plus péremptoires, inquisitrices et par-dessous tout bizarres.
Partagez cette publication >

Jusqu’où ira Henri Goldman, l’ancien rédacteur en chef de la revue Politique ? Ses prises de position apparaissant de plus en plus péremptoires, inquisitrices et par-dessous tout bizarres.
En témoigne sa récente démonstration en défense du foulard islamique sur son blog (Le blog cosmopolite) : « le foulard de la préposée Jamila, postulé islamique et donc contraire à la laïcité, pourrait ébranler ma confiance en elle, mais pas celui de Marie qui porte le même foulard mais laisse entendre qu’elle suit une chimiothérapie et n’a plus de cheveux ? Est-ce différent pour la barbe du guichetier Mustapha qui ne peut être que religieuse contrairement à celle de son collègue Kevin qui est catholique et se contente de suivre la mode ? ». (« Pour en finir avec une laïcité d’apparence », le 14 décembre 2021). Une telle mauvaise foi interroge.
Autre exemple, sa détestation obsidionale de BHL qu’il réduit au rang de nuisance : « Eric Zemmour et Bernard-Henri Levy se détestent et ne s’en cachent. Pourtant, ils sont Juifs tous les deux. (…) Pour ma part, si je devais les classer par ordre de nuisance, j’aurais vraiment du mal. » (« Zemmour-BHL, la tenaille infernale », le 5 décembre 2021). Que penser de ce jugement à l’emporte-pièce ? Qu’on l’apprécie ou non, BHL est l’exacte antithèse de Zemmour. Certes, j’en conviens BHL est sioniste mais outre d’être depuis toujours partisan d’un Etat palestinien, il est surtout l’intellectuel français le plus soucieux des peuples musulmans en déshérence : ici des Bosniaques et des Kurdes, là, des Libyens et des Afghans. Qui a fait mieux ? Certainement pas notre brave Goldman dont dont l’horizon de combat se limite (qu’il l’admette ou non) aux frontières de l’émirat islamique de Gaza et d’une bonne moitié de notre bonne région bruxelloise.

La preuve, son billet du 16 janvier dernier, « Toujgani : une hypothèse », tout à la fois confus et complotiste, relatif au « séisme » (sic) que constituerait, à l’en lire, l’expulsion annoncée de l’iman Toujgani de Molenbeek. Comment expliquer la décision des autorités belges de ne pas renouveler le permis de séjour du président de la Ligue des imams ? Serait-ce, nous dit-il, de par ses positions rétrogrades, son rapport problématique aux femmes comme aux homosexuels ? Ses appels au djihad ? Oh que non ! C’est évidemment la faute aux sionistes et à leurs foutus accords d’Abraham :

   « Un dernier reproche mis en évidence m’a mis la puce à l’oreille. Toujgani aurait tenu des propos antisémites appelant à « brûler des Juifs », ce qui serait évidemment insupportable. Ce n’est pas exactement ce qu’il a dit (…) d’où mon hypothèse : pour faire accepter par ses ressortissants à l’étranger un revirement d’une telle violence symbolique (les accords d’Abraham), le Maroc devait faire le ménage dans ses relais au sein de ses diasporas. Plus question désormais de parler encore à tort et à travers des   « sionistes oppresseurs » qui sont devenus nos copains ».

Goldman croit-il vraiment que notre pays serait aux ordres, sinon à l’écoute des sionistes ? Tout autre que Monsieur Henri G. serait qualifié d’antisémite pour une hypothèse aussi farfelue. « Farfelue », en effet, en quoi l’expulsion de l’Iman de Molenbeek favoriserait-il l’acception par les Maroxellois des accords d’Abraham ? « Antisémite » parce que le propre même du judéophobe est de chercher, puis de trouver, une cause juive (et désormais sioniste) à toute mauvaise nouvelle. C’est ainsi que l’on attribua aux Juifs la peste de 1348, la crue de Paris de 1910, la révolution bolchevique de 1917, la capitulation allemande de 1918, la guerre contre l’Irak de 2003 et depuis peu, la pandémie de Covid-19. Mieux encore, notre intellectuel cosmopolite (?) s’échine à défendre l’honneur du Saint Imam de Molenbeek dans une démonstration, une nouvelle fois, délirante :

« Toujgani aurait tenu des propos antisémites appelant à “brûler des Juifs” (…) Ces propos auraient été tenus en arabe en 2009 lors de l’opération “Plomb durci” de l’armée israélienne contre Gaza. En voici la traduction fournie par son avocat : “Seigneur, déverse la frayeur dans le cœur des sionistes oppresseurs. Fais que le sang des martyrs soit une arme sous les pieds de l’oppresseur et fais qu’il soit un feu ardent qui les brûle et un vent qui les fustige. Fais disparaître leurs factions et leur étendard’’. Si la traduction est correcte, cette emphase grandiloquente est courante dans une certaine rhétorique où on menace d’arracher les yeux des enfants qui ne vident pas leur assiette ».

Si l’on comprend bien Goldman, les Arabes -fussent-ils de hauts dignitaires religieux- ne seraient que de grands enfants qu’il ne faudrait absolument pas prendre au sérieux. Tout ne serait que hâbleries et fanfaronnades. On voudrait le croire n’étaient les 17 juifs assassinés de Paris à Bruxelles par des jeunes musulmans fanatisés. N’était la toute récente prise d’otage dans une synagogue au Texas. Dans sa condescendance toute progressiste à l’égard des racisés, il y a comme des remugles de Tintin au Congo. Sa vision paternaliste, orientaliste de l’Autre musulman est insupportable.
D’aucuns pourraient le taxer de racialiste, d’antisémite, sinon de sénile ? Personnellement, je ne le pense pas. J’ai une autre hypothèse bien plus séduisante. Notre égérie ne serait, en réalité, qu’un agent provocateur à la solde des sionistes. Ses prises de positions aberrantes n’auraient pour seule fonction que de faire sortir du bois les antisémites de gauche. Il faut lire en effet certains commentaires de ses admirateurs tout à la dénonciation des sionistes d’argent. Car qu’on se le dise, Goldman est à l’antisémitisme de gauche ce que Zemmour est à l’antisémitisme de droite : un formidable agent décomplexant, libérateur de paroles autrement coupables. « Si c’est un Juif qui le dit, je peux le dire aussi ! Vive Pétain ! Vive Ismaël Haniye ! » !

Merci Henri Goldman.

guest
3 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Maurice e.
Maurice e.
11 mois il y a

Je suis régulièrement le blog cosmopolite de l’ineffable Henri Goldman, non pas que je le trouve particulièrement pertinent, mais pour me rendre compte jusqu’où il peut aller dans ses élucubrations.
Quand il ne remue pas de l’air, il émaille ses considérations de contre vérités (ce qui en fait un menteur compulsif) ou de représentations phantasmatiques de la vie présumée des juifs -dont sa propre famille- en Pologne avant l’occupation de 1940 (ce qui en fait un mythomane).
Il sert effectivement d’alibi à la gauche “antisioniste” et à ce qui reste des bundistes ou autres paléomarxistes , malgré les leçons de l’Histoire”.

Richard Kalisz
Richard Kalisz
11 mois il y a
Répondre à  Maurice e.

Goldman ou les avatars de la faillite du trotskysme. Comme sa maman parlait le yiddish il se refuse à comprendre et à parler un seul mot d’hébreu. Donc Israël ne peut exister qu’au Birobidjan. Même les psy ne lui sont d’aucun secours car il est atteint de la maladie infantile de sa haine du peuple juif sauf s ‘il parle la langue de sa maman. Il s’est converti à la mode écolo pour le plus grand malheur de ce nouveau dogme.

Lachman Philipe
Lachman Philipe
11 mois il y a
Répondre à  Maurice e.

Bonsoir Mr.Maurice E..
je n’ai aucune sympathie pour Mr.Goldman mais laissez moi vous dire que vous êtes totalement hors sujet.Il me semble que vous ne connaissez rien à l’histoire ..
Pouvez vous signer votre diatribe de votre nom complet ?
Philippe Lachman

Découvrez des articles similaires

Le jeu des extrêmes

Où que l’on regarde, les positions et idées se radicalisent de façon décomplexée. Comment, au quotidien, éviter de faire le jeu des extrêmes ? Et comment faire reculer la montée des populismes ?

Lire la suite »

Nouvel appel de JCall : Préserver la démocratie en Israël

Au danger de la poursuite de l’occupation et de la colonisation que J Call dénonçait lors de la création en 2010 et qui n’a fait que s’aggraver, s’est ajouté aujourd’hui la menace que fait peser la nouvelle coalition nationaliste et religieuse sur la démocratie israélienne. C’est pourquoi J Call lance cet appel aux dirigeants israéliens à ne pas remettre en cause les fondements démocratiques d’Israël inscrits dans la Déclaration d’indépendance de 1948.
Tous ceux qui se reconnaissent dans les principes de cet appel sont invités le signer et à le faire signer.

Lire la suite »