7500 euros. Pastiches politico-littéraires

Henri Raczymow
On ne discutera pas ici la question théorique de discriminer parodie et pastiche. Peu importe. Ce à quoi se livre David Spector, dont c’est le premier ouvrage de fiction, c’est bien un à la manière de. De qui ? De Proust, de Nabokov, de Flaubert, de Modiano, de Perec, de Houellebecq et de quelques autres.
Partagez cette publication >

On ne discutera pas ici la question théorique de discriminer parodie et pastiche. Peu importe. Ce à quoi se livre David Spector, dont c’est le premier ouvrage de fiction, c’est bien un à la manière de. De qui ? De Proust, de Nabokov, de Flaubert, de Modiano, de Perec, de Houellebecq et de quelques autres. Le prétexte ? Une campagne présidentielle en faveur d’Emmanuel Macron (c’est d’actualité !) et une levée de fonds à la clé, à hauteur de 7500 euros maximum, d’où le titre. Il fallait être rudement fortiche pour accomplir cette prouesse. Il y fallait de l’érudition, de solides lectures digérées, un amour immense de la littérature (alors que l’auteur est matheux de formation), du style à en revendre, de la finesse et, last but not least comme disent les cuistres, une bonne dose d’humour. C’est le cas de Spector, qui, enfant gâté, chéri des dieux, a tout ça dans sa besace de cinquantenaire parisien et qui aurait pu, du coup, en laisser un peu aux autres, plus tâcherons. On visitera donc le personnage houellebecquien d’un professeur de grec ancien en panne sexuelle quoi qu’intermittente ; le jeune narrateur proustien qui découvre, dans les propos boursouflés et creux du diplomate M. de Norpois, la révélation quasi extatique du « en même temps » ; le scabreux Nabokov nous présente une antique Brigitte épris d’un fort jeune Lolito dit le nymphet ; etc. On lira ce livre « en même temps » pour l’indéniable plaisir et pour tester sa culture littéraire.

S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Découvrez des articles similaires

Le beau jeu de Tony Bloom

Actionnaire influent de l’Union Saint-Gilloise et propriétaire du club de Brighton & Hove, l’homme d’affaires anglais utilise aussi son influence à des fins philanthropiques dans la vie juive de son pays.

Lire la suite »

Le Juif de service

Le conflit au Proche-Orient a un effet secondaire rapidement visible au quotidien : il nous réassigne à nos identités respectives supposées. Pour qui n’aime pas verser dans le cloisonnement, cette atmosphère est évidemment étouffante. Comment faire pour ne pas se laisser enfermer ?

Lire la suite »