Andrée Geulen, une mensch nous a quittés

La Rédaction
Nous avons appris avec la plus grande tristesse le décès d’Andrée Geulen-Herscovici, cette grande dame qui n’a cessé de défendre toutes les causes justes a contribué au sauvetage de centaines d’enfants juifs de Belgique lorsqu’elle était engagée dans les rangs de la Résistance au sein du Comité de défense des Juifs (CDJ).
Partagez cette publication >

Nous sommes tous orphelins car nous venons de perdre une dame au comportement exemplaire face à la barbarie nazie. Exemplaire car l’action qu’Andrée Geulen-Hersovici a menée sous l’occupation allemande prend précisément le contre-pied du constat tragique fait par Albert Einstein lorsqu’il affirmait que « Le monde est dangereux à vivre non pas tant à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire ». Elle n’a pas détourné le regard face à la détresse ces Juifs et elle n’a pas laissé faire leur extermination. S’il y avait plus de femmes et d’hommes comme Andrée Geulen-Herscovici, le monde serait effectivement plus sûr.

Institutrice de 21 ans lorsque la guerre éclate, elle est révulsée par la vue des enfants à l’étoile jaune, Andrée Geulen décide d’entrer dans la Résistance. A l’été 1942, les rafles succèdent aux convocations pour « mise au travail ». Le Comité de Défense des Juifs (CDJ) entre en action : Yvonne Jospa, Ida Sterno et Maurice Heiber mettent en place le plan de sauvetage des enfants juifs. « J’habitais au pensionnat Gatti de Gamond où j’étais entrée comme surveillante et donnais quelques cours. La directrice, Odile Henri, mère d’une de mes amies d’études, avait recueilli une douzaine d’enfants juifs. Elle recevait régulièrement la visite d’Ida Sterno qui m’a demandé de rejoindre leur groupe et d’aider à transporter les enfants. J’ai accepté immédiatement ».

Au printemps 1943, Andrée devient ainsi l’une des membres non-juives de la section enfants du CDJ. Sa tâche consiste à contacter des familles juives, à les convaincre de se séparer des enfants, de doter ces derniers d’une fausse identité et de les conduire en un lieu où ils pourront être cachés. Entre le printemps 1943 et la libération de septembre 1944, Andrée accompagne plus de 300 enfants juifs dans un lieu où ils sont cachés.

Ces missions périlleuses sont aussi pénibles moralement car ces enfants vivaient la douleur de la séparation. « C’était pour moi le moment le plus difficile. Prendre les enfants à la maison. La séparation ! Les enfants ne pleuraient pas. Les plus grands raisonnaient leur maman. Les plus petits me faisaient directement confiance quand je leur disais qu’on partait à la campagne, voir les petites vaches et les poules. Je crois que si j’avais eu moi-même des enfants, je n’aurais pas eu le courage de les enlever à leurs mères en refusant de leur dire où on allait les cacher. Je ne pleurais pas avec elles… J’avais toujours peur d’arriver trop tard, me disant : ‘Peut-être que cette nuit l’enfant sera raflé’ ».

Bien plus tard, elle exprimera la souffrance qu’elle éprouvait lors de ces « transports ». L’enfant qu’elle conduit au couvent et qui pleure en silence lorsqu’elle le quitte. Devant cet enfant, elle ne doit laisser transparaître de ses sentiments. Ce qui peut parfois laisser l’image d’une jeune femme sans émotion et sans cœur. Image trompeuse et fausse car une fois sortie, elle sanglote car elle aime déjà cet enfant qu’elle a dû abandonner, le symbole de tous ceux qu’on pourchasse.

Andrée Geulen-Herscovici a sauvé des centaines de vies durant cette période terrible. Les témoignages des enfants juifs qu’elle a sauvés sont nombreux et convergents. David Inowlocki, ancien président de l’Enfant caché, exprime bien ce qu’ils éprouvent à l’évocation de son nom : « C’est comme si nous nous étions toujours connus. Elle fait partie de ma famille. Elle aide à vivre, nous réconcilie avec l’humanité ! Ceux qui n’ont pas vécu la clandestinité et le placement des enfants ont du mal à comprendre l’attachement viscéral que nous éprouvons pour elle ! ».

Nous présentons à ses filles, Anne et Catherine, et à tous ses enfants et petits-enfants, nos plus sincères condoléances.

S’abonner
Notification pour
guest
4 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
יוסף וייצנברג
יוסף וייצנברג
1 année il y a

חסידת עולם ! שתיהיה נשמתה גן עדן.
Mes condoléance à : Hasidat Olam, que son âme soit au Paradis.

Maurice GLUCK
Maurice GLUCK
1 année il y a

Mes sincères condoléances à la famille ainsi qu’à tous ceux qui ont connu Andrée. Une dame exceptionnelle. Souhaitons que son exemple continuera à guider nos pas et notre conscience. 🙏

Simon Marjenberg
Simon Marjenberg
10 mois il y a

J’ai fait partie des enfants qu’elle est venue chercher chez leurs parents pour les cacher en lieux sûr. Heureusement pour moi car le 19 avril 1943 mes parents sont partis pour Auschwitz . Je luis dois d’etre rescapé de la Shoah ! J’ai quand même eu à me cacher en août 1944 pendant 36 heures seul en forêt à l’age de 3 ans quand les allemands sont venus ,en vain, me chercher !

Yoram Cahen
Yoram Cahen
6 mois il y a

Bonjour,

Je pense que pour le prochain Mensch de l’année il ne sera pas nécessaire de faire un appel à candidatures. En effet quelqu’un le mérite plus que jamais à savoir Joël Rubinfeld, président de la ligue belge contre l’antisémitisme. Personne plus que lui ne s’investit dans cette tâche devenue aujourd’hui colossale. Il mérite notre respect total et dès lors aussi d’être honoré du prochain prix du Mensch de l’année. Ne pas le désigner serait, à mon avis, une insulte à l’intelligence.
Yoram

Découvrez des articles similaires

Victimes et héros de la Shoah à Bruxelles

Jean-Christophe Dubuisson a publié L’épopée de huit réfugiés juifs allemands dans l’Europe occupée (Éditions Racine). Dans cette fresque poignante, il nous fait découvrir des faits et des personnages méconnus du grand public, depuis l’émigration des Juifs allemands durant les années 1930 au sort réservé par la Gestapo à ceux qui cachaient des Juifs à Bruxelles, comme le firent ses propres arrière-grands-parents reconnus comme Justes parmi les Nations.

Lire la suite »