Kwibuka 30 – Semaine mémorielle

"Kwibuka 30 - Hishum em - Zakhor" - semaine consacrée à la 30e commémoration des victimes du génocide perpétré contre les Tutsi du Rwanda (1994) en partenariat avec Ikivi Mémoire & Education, Muyira, Ibuka Mémoire & Justice, le Comité des Arméniens de Belgique et le Collectif belge pour la prévention des crimes de génocide et contre les négationnismes et avec le soutien de la FWB
Partagez cette publication >

A l’instar du livre d’Yves Ternon : « Frère arménien, Frère juif, Frère tutsi. Mémoires » (2019) nous vous proposons une semaine de programmation culturelle et mémorielle dédiée à la 30e commémoration des victimes du génocide des Tutsi du 15 au 19 avril 2024 au CCLJ intitulée « Kwibuka 30 – Hishum em – Zakhor » (« Souviens-toi » en kinyarwanda, en arménien et en hébreu) au cours de laquelle nous souhaitons faire preuve de solidarité et d’empathie à l’égard de la communauté rwandaise et sensibiliser tous les publics, à l’histoire du génocide des Tutsi au Rwanda et à ses conséquences. Ensemble, souvenons-nous !

Au programme

Du lundi 15 au vendredi 19 avril
Exposition « Femmes debout »
Gratuit

« Quel rôle peut jouer l’artiste dans la conservation de la mémoire, réelle, vivante ? Peut-il contribuer aussi à la reconstruction psychologique d’un peuple traumatisé ? » Bruce Clarke, artiste plasticien.
Après avoir réalisé « Hommes debout » dans le cadre de Kwibuka 20, B. Clarke présente aujourd’hui « Femmes debout ». De grands portraits de femmes, qui peuvent atteindre plusieurs mètres de haut.  Si les femmes furent des victimes particulièrement touchées par la politique génocidaire, elles se révélèrent des actrices essentielles de la reconstruction et de la transmission de la mémoire post-génocide. Au cœur de la société rwandaise, les femmes “debout” résistent à toute forme de déshumanisation, elles (re)tissent dans la dignité, les liens perdus, elles sont celles par qui le Rwanda se (re)construit. 
L’exposition ne sera accessible que lors des événements en soirée et pour les personnes inscrites.
Participez à la campagne #jesuisdebout
Prenez-vous en photo près d’une “Femme debout” et poster cette photo avec le #jesuisdebout sur les réseaux.

Lundi 15 avril à 20h
Projection du documentaire « Rwanda, désobéir ou laisser mourir ?»  écrit par Joël Kotek, réalisé par Valérie Inizan, 2024
Gratuit

Aux premières heures du génocide, près de 2.500 Tutsi se réfugient à l’École technique officielle (ETO) de Kigali où se trouvait cantonné un important contingent de soldats belges, sous uniforme onusien. Le 11 avril 1994, les parachutistes belges reçurent l’ordre d’évacuer vers l’aéroport les seuls expatriés et quelques rares Rwandais. Dans les heures qui suivirent, tous les Tutsi furent assassinés sur place ou sur la colline de Nyanza au terme d’une marche de la mort.

« J’ai été littéralement happé par les événements du Rwanda dès les premiers jours d’un génocide dont on refusait de dire le nom. »

En présence de Joël Kotek, politologue, de Félicité Lyamukuru, rescapée et fondatrice de Ikivi Mémoire & Education

Mardi 16 avril à 20h
Rencontre-débat avec Laurent Larcher 
Gratuit

Papa, qu’est-ce qu’on a fait au Rwanda ? La France face au génocide est une leçon d’histoire sur la responsabilité de la France dans le génocide au Rwanda, il y a trente ans. Dans cet ouvrage, Laurent Larcher, journaliste pour le quotidien français La Croix, écrit « Après la Shoah, c’est la seconde fois que notre pays est associé à une extermination de masse. Nous ne pouvons pas tourner cette page comme si de rien n’était. À ton tour de savoir. »

Mercredi 17 avril 20h
Rencontre-débat avec les co-fondatrices d’Avega Agahozo dont Esther Mujawayo
Gratuit

Daniel Le Scornet souhaite porter la voix des fondatrices de l’association AVEGA AGAHOZO, l’association des veuves du génocide créée aux lendemains du génocide par des femmes rescapées. Ces femmes, meurtries doublement, parce que femmes et tutsi, ont été les premières à refaire société dans un pays dévasté par la « catastrophe ».  Leur livre « Entendez-nous » sera présenté au CCLJ par Esther Mujawayo, témoin et militante d’exception, accompagnée d’autres co-fondatrices d’Avega. 

Jeudi 18 avril à 19h30
Vendredi 19 avril à 19h30 (suivi d’un buffet rwandais)
Théâtre « Tout dépend du nombre de vaches » 
Adulte : 10€
Enfant : gratuit

Un spectacle pour les enfants (à partir de 7 ans) avec leurs parents
La compagnie française Uz & Coutumes créée, depuis plusieurs années, des spectacles relatifs à l’histoire et la mémoire du génocide des Tutsi au Rwanda. Sa dernière création « Tout dépend du nombre de vaches » a la particularité de s’adresser à un public d’enfants (à partir de 7 ans) et d’adultes grâce à l’installation d’un dispositif ingénieux et approprié à l’âge de chacun.
Compagnie Uz et Coutumes (France)

Écriture : Dalila Boitaud-Mazaudier

Mise en scène : Dalila Boitaud-Mazaudier et Hadi Boudechiche 

Découvrez des articles similaires

Voyage d’études à Lyon et à la maison d’Izieu

Pour la troisième année consécutive, Bella Swiatlowski et Marcel Zalc, de l’Association pour la Mémoire de la Shoah (AMS), et Bertrand Wert ont organisé un voyage d’études à Lyon et à la Maison d’Izieu, à destination d’élèves de 11 à 18 ans. Cette année, près d’une centaine d’élèves y a participé.

Lire la suite »