Rallumer la lumière

Noémi Garfinkel
Strabismes par Noémi Garfinkel
Partagez cette publication >

Novembre 1979. Lorsque celui qui était déjà peut-être cette crapule antisémite de Roger Waters écrit et chante We don’t need no education dans The Wall, l’opéra-rock de Pink Floyd, il ne peut pas se tromper plus lourdement (si, en fait, il peut, il faudra juste attendre quelques décennies pour qu’il monte sur scène entouré de ballons géants, à l’allure de tirelires en forme de cochons, recouverts d’étoiles de David). Roger, on a, en fait, vraiment besoin d’éducation. D’autant plus lorsque l’antisémitisme rôde. De tous temps, donc. Les Juifs suivent la tradition et la prescription morale, culturelle, et/ou religieuse d’éduquer leurs enfants, de les outiller pour penser, y compris contre eux-mêmes. « Deux Juifs, trois opinions », dit le dicton. Pour cela, sur ordonnance du médecin, suivre le compte X (ex-Twitter) de @noemie_issan, philosophe et doctorante en droit talmudique, qui vous donnera envie de rejoindre un service d’ordre moral et éthique pacifiste, et celui de @LLCoolJuiphe, rappeur et amoureux, détenteur de trois doctorats auto-attribués en Tminikologie, Tralouidoscopie et Blatalogie à l’École Normale Séfarade, et surtout expert en dressage de dauphins espions pour le compte du Mossad.

Octobre 2023. Après l’horreur du samedi 7, après la prostration, l’incapacité à accepter, pour soi et pour le monde, qu’il existe une telle inhumanité chez des terroristes qu’il faut continuer à traiter en humains afin de conserver nous-même notre propre humanité ; après tant d’efforts pour rester debout, à essayer de trouver des mots qui rendent compte de cette réalité cauchemardesque et de ses effets sur le peuple juif évidemment, mais aussi sur l’humanité entière, il a fallu trouver les mots pour traduire cette explosion de haine antisémite mondiale contenue dans les exactions du 7/10 en premier lieu, et renforcée par le fait même qu’Israël se défende. Et pour cela, fiat lux : les fans des fanatiques sont simplement furieux qu’il soit devenu tellement plus difficile de tuer des Juifs qu’auparavant…

Octobre 2023, bis. Un collectif d’associations bruxelloises installé temporairement dans un ancien magasin de luminaires perçoit des subsides communaux pour, entre autres, accueillir une « conférence » du réseau Samidoun, ainsi qu’un débat intitulé « Israël état hors-la-loi » programmé – sans doute à l’avance, mais jamais reporté ni annulé – le 8 octobre. Une chose est sûre, les dernières lumières de ce lieu se sont éteintes avec la fermeture de la boutique. Une prochaine interpellation citoyenne en ramènera peut-être dans l’esprit de nos élus.

Le 12 novembre à Amsterdam, aux côtés de la militante climatique Greta Thurnberg, une activiste de la cause palestinienne exprime, devant 700.000 personnes, que « la Palestine sera libre du fleuve à la mer ». Un homme s’invite sur scène, prend le micro et lance : « Je suis venu pour une manifestation sur le climat, pas pour un point de vue politique », avant d’être expulsé. Pour toute réponse, Greta Thurnberg scande plusieurs fois avec son public « Pas de justice climatique sur une terre occupée. » Ma petite Greta, ça te paraîtra sans doute puéril, mais Hanoucca approchant, en souvenir symbolique de la victoire contre l’obscurité et l’obscurantisme, sache que j’ai chez moi une ampoule allumée en permanence.

S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Découvrez des articles similaires

Antisémitisme et politique française 

Quelle est la place de l’antisémitisme dans la vie politique française aujourd’hui ? Jean-Yves Camus et Emmanuel Debono répondront à cette question lors d’une rencontre-débat. Tous deux ont participé à l’élaboration du livre « Histoire politique l’antisémitisme en France. De 1967 à nos jours » (Éditions Robert Laffont)

Lire la suite »