Pom, pom, pom… des beignets de pommes pour Hanoucca

Michèle Baczynsky
Carnet de cuisine
Partagez cette publication >

Cette année, la fête de Hanoucca revêt, comme à chaque fois, un nouveau sens, à la lumière de l’actualité. La lumière, c’est le cas de le dire puisque Hanoucca est la Fête des Lumières, celles qui nous donnent de l’espoir dans des moments sombres, et celles de la fête. Je veux parler ici de la fiole d’huile qui n’aurait dû brûler qu’un seul jour dans le Temple à Jérusalem, et qui brûla huit jours durant. C’est ce qu’on appelle le « miracle » de la fiole d’huile et une des raisons pour laquelle, à Hanoucca, nous consommons tout particulièrement durant cette période (avec modération quand même) des plats frits dans l’huile.

Dans la cuisine ashkénaze, nous préparerons surtout des latkes, ces galettes de pommes de terre frites, et des beignets fourrés de chocolat ou de confiture. Chez les Séfarades, on prépare aussi des beignets, les sfenj, une variante de la soufganiya mais en forme d’anneau, frite.

S’il y a bien une bonne chose que notre société consumériste a inventé, c’est le papier absorbant pour éponger l’excédent d’huile (et il y en a !) de nos préparations pour Hanoucca.

Cette année, j’ai décidé, pour Hanoucca de préparer des beignets de pommes à côté des traditionnels soufganiyot (pluriel de soufganiya) et des latkes. Ils passeront aussi à la friture comme le veut la coutume. On variera ainsi les spécialités culinaires et les plaisirs gustatifs tout au long des huit jours de la fête.

Pour la préparation des beignets de pommes, j’ai essayé différentes recettes. Dans l’une, on ajoute un œuf, dans l’autre du lait battu, dans une autre encore de la maïzena. Dans celle que je vous propose pour vos beignets de pommes, on intègre de la bière comme dans certaines pâtes à crêpes. Je ne sais si cela est destiné à faire monter la pâte ou à lui donner un léger goût de levain. Dans tous les cas, ces beignets de pommes sont absolument délicieux. Croustillants et fondants en même temps, pas trop sucrés mais très gras. On n’y échappe pas, à Hanoucca, et cela durant huit jours 

Beignets de pommes

Ingrédients pour 15 beignets

– 3 pommes de type Jonagold

– 1 canette de bière Stella Artois
ou Heineken

– 200 gr de farine

– 100 gr de sucre

– 1càc de cannelle

– 1 pincée de sel

– 1 pincée de poivre

– Sucre glace (facultatif)

Préparation

  1. Épluchez les pommes puis évidez-les avec un vide-pommes. Coupez-les ensuite en tranches de 5 mm.
  2. Dans un bol, versez la farine, 100 gr de sucre, puis la bière. Ajoutez le sel, le poivre, la cannelle.
  3. Mélangez jusqu’à obtenir une pâte à crêpes fluide.
  4. Plongez-y les tranches de pommes et laissez-les mariner pendant 1/2 heure.
  5. Faites chauffer ensuite l’huile dans une poêle profonde sans dépasser les 180° degrés, et déposez-y chaque tranche de pomme à l’aide de deux fourchettes.
  6. Au bout de 2 minutes, retournez-les. Faites cuire l’autre côté, retirez et déposez dans une assiette recouverte de papier absorbant.
  7. L’idéal est de faire frire les beignets deux fois pour renforcer le goût et la texture.
  8. Saupoudrez de sucre glace (facultatif).

Bon appétit et Hag Sameah.

Bonne fête de Hanoucca !

S’abonner
Notification pour
guest
1 Commentaire
Le plus ancien
Le plus récent
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
carine
carine
2 mois il y a

Bonsoir je reviens écoeuré de l’allumage de la bougie au Rond Point Schuman.
Déjà que cela se faisait au même moment que la marche contre l’antisémitisme est une abérration puisque j’ai du la quitter prématurément parce que mes enfants se réjouissaient de manger une souvgania habituellement offerte.
Je suis rentré chez moi sans y assister et mes enfants ont été privés de leur plaisir car j’ai entendu que le propriétaire de Gel Tov vendait la souvgania à un prix exagéré ce qui est honteux. Même le pâtissier Wittamer n’aurait pas osé demander une telle somme.
C’est triste et j’ose espérer une réaction appropriée des dirigeants de notre communauté.

Découvrez des articles similaires

Petit condensé de cuisine juive new-yorkaise

Journaliste gastronomique spécialisée dans l’écriture des traditions culinaires ashkénazes et séfarades, Annabelle Schachmes publie Cuisine juive à New York, aux Éditions Hachette Cuisine, un bel ouvrage qui recense les recettes iconiques des delis en racontant leur ancrage culturel.

Lire la suite »