Une énigme française. Pourquoi les trois quarts des Juifs en France n’ont pas été déportés

Henri Raczymow
La question fut soumise un jour à l’historien spécialiste des crimes de masse (et qui a depuis perdu la vue) Jacques Semelin par Simone Veil : « Comment se fait-il que tant de Juifs ont pu survivre en France malgré le gouvernement de Vichy ? Malgré les nazis ? »
Partagez cette publication >

» Or cette question, l’historien se l’était déjà posée. Pourquoi en effet ce sort différent des Juifs en France en regard de ce qui eut lieu en Belgique et pire encore aux Pays-Bas ? C’est Serge Klarsfeld qui a établi ce chiffre : 75% des Juifs de France furent épargnés de la déportation. Faut-il pour autant en attribuer le mérite à la politique de collaboration élaborée par Pétain ? Et du coup rendre grâce au polémiste d’extrême droite et candidat à la présidentielle Eric Zemmour, dont c’est la thèse maintes fois soutenue ?
Il fallait que Jacques Semelin se livre à une enquête sérieuse. C’est un livre personnel qu’il nous donne. Un livre incarné, à la première personne. Il y raconte les inhibitions qu’il a dû lever pour s’autoriser, lui, non juif, à travailler sur la Shoah et sur la résistance au nazisme. Lectures innombrables, rencontres de collègues chercheurs, entretiens avec ceux qui furent enfants pendant l’Occupation, pour tirer au clair la question de savoir à quoi est due la situation spécifiquement française des Juifs entre octobre 1940 et la Libération. Protection de Justes, passage en Suisse ou en Espagne, entrée dans la Résistance, vie clandestine à la campagne alors que les paysans du coin n’ignorent pas votre identité, œuvres diverses de secours aux enfants, ou bien encore pure chance ? Rien de tout cela, aux yeux de l’enquêteur, n’était totalement convaincant pour expliquer les 75%. Il fallait voir alors du côté de Vichy même et de sa politique, d’ailleurs évolutive. Pétain n’est pas Hitler. Et, pour l’historien honnête et scrupuleux qu’est Semelin, cette vérité-là, redoutait-il, allait susciter des levers de boucliers. Allait-on l’accuser de vouloir, tel Zemmour, réhabiliter Vichy ? Ce furent là les réactions de deux grands spécialistes de Vichy, l’Américain Robert Paxton et le Français Henry Rousso. 

 

Jacques Semelin avec Laurent Larcher, Une énigme française. Pourquoi les trois quarts des Juifs en France n’ont pas été déportés, Albin Michel, 217 p.

 
Une énigme française. Pourquoi les trois quarts des Juifs en France n’ont pas été déportés, Albin Michel, 217 p.
guest
1 Commentaire
Le plus ancien
Le plus récent
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Edith Cymerman
Edith Cymerman
11 mois il y a

Il a donné comme raison la dimension de la France et la possibilité de se disperser dans la campagne de ce vaste pays agricole. Tout à fait le contraire de la Belgique.

Découvrez des articles similaires