Juif ?

Noémi Garfinkel
"Strabismes" signé Noémi Garfinkel
Partagez cette publication >

Si l’exposition pédagogique que le CCLJ consacre actuellement aux stéréotypes judéophobes de l’Antiquité à nos jours fait le portrait exhaustif de ce que sont et ont été les antisémites de tout temps, elle laisse au visiteur l’autonomie de répondre à la question posée : « Juif ? », en faisant la part belle à sa subjectivité, dans la compréhension même de la question. Le dossier éducatif édité par le programme La haine, je dis NON ! à destination du grand public offre d’ailleurs un complément de réflexion dont l’avant-propos ne prend pas en traître : « nous misons sur votre intelligence ». Plus Juif que ça, y a pas ! Mais que veut dire « Juif ? » Qui peut dire qu’il l’est ? Ou ne l’est pas ? Ou ne l’est plus ? Ou l’est devenu ? Comment peut-on l’être trop pour certains, et pas assez pour d’autres ? Et peut-on n’être que Juif ou est-il possible de l’être tout en étant autre(s) chose(s) ?

Est Juif celui qui, en découvrant pour la première fois un nouveau lieu, commence par chercher les issues de secours officielles, puis élabore plusieurs scénarios de fuite personnelle/sauvetage altruiste via des issues officieuses, et finit par regretter de ne s’être jamais inscrit au cours de krav maga qui aurait fait de lui un héros si le danger s’était effectivement présenté ;

Est Juif celui ou celle dont l’histoire personnelle ou familiale l’a fait s’éloigner de l’observance religieuse, mais qui porte indéniablement en soi la culture et l’âme juives, c’est-à-dire l’anxiété, les troubles gastro-intestinaux, le droit irrévocable de s’en plaindre, mais aussi, en lieu et place du réconfort divin, la psychothérapie, l’humour et la cuisine pour s’en consoler ;

Est Juif celui ou celle dont la grand-mère imprime le modèle relationnel suivant à ses petits-enfants à chacune de leurs visites, après en avoir hérité de sa propre grand-mère (référence connue dans le milieu sous le nom de « Blizzard émotionnel ») : « tu veux une part de gâteau ? Pourquoi tu ne veux pas prendre une part de gâteau ? Pourtant tu aimes bien ce gâteau, prends-en donc une part ! Tu sais ce que je vais faire ? Je vais te couper une part de gâteau, je la laisse là, tu la manges quand tu veux, tu la manges si tu veux. Mais… tu n’as pas mangé ton gâteau ?! D’habitude tu manges toujours une part de gâteau. Mais alors pourquoi demander du gâteau ? »

Sont Juifs celui et celle qui se réjouissent de la prise au sérieux par l’Europe de l’antisémitisme contemporain grâce à une enquête portant sur les réalités multiples et complexes de la judéophobie, mais qui s’interrompent après avoir répondu à la moitié des questions du sondage, saisis par l’angoisse que leurs réponses, si elles venaient à tomber entre de mauvaises mains, servent un jour à les identifier et à leur nuire, pour finalement se raviser, et pleins d’espoir, terminer le questionnaire, confiants que les vagues restes d’allemand appris en fin de secondaire leur sauveront la mise quoi qu’il arrive.

Enfin, est Juif celui ou celle qui, lorsqu’on lui demande s’il ou elle l’est, répond invariablement : Pourquoi, vous êtes de la Gestapo ?

S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Découvrez des articles similaires

Le Juif de service

Le conflit au Proche-Orient a un effet secondaire rapidement visible au quotidien : il nous réassigne à nos identités respectives supposées. Pour qui n’aime pas verser dans le cloisonnement, cette atmosphère est évidemment étouffante. Comment faire pour ne pas se laisser enfermer ?

Lire la suite »

Victimes et héros de la Shoah à Bruxelles

Jean-Christophe Dubuisson a publié L’épopée de huit réfugiés juifs allemands dans l’Europe occupée (Éditions Racine). Dans cette fresque poignante, il nous fait découvrir des faits et des personnages méconnus du grand public, depuis l’émigration des Juifs allemands durant les années 1930 au sort réservé par la Gestapo à ceux qui cachaient des Juifs à Bruxelles, comme le firent ses propres arrière-grands-parents reconnus comme Justes parmi les Nations.

Lire la suite »

Antisémitisme, un meurtre de l’émancipation

Si être juif – et continuer de l’être – constitue un beau mystère que des bibliothèques entières s’efforcent d’explorer dans une tâche toujours recommencée, l’antisémitisme est ce phénomène tout aussi opaque et riche d’énigmes. L’essayiste Brigitte Stora se lance à son tour, après bien d’autres, dans cette exploration en publiant L’antisémitisme. Un meurtre intime (Éditions Le bord de l’eau) qu’elle présentera au CCLJ le 16 mai 2024.

Lire la suite »