L’Edito – Tropisme anti-américain

Nicolas Zomersztajn
Au-delà de l’effroi qu’inspire la guerre, nous pouvons nous interroger sur la curieuse dynamique de soutien qui agrège la gauche radicale et des mouvements pacifistes aux mots d’ordre les plus belliqueux de Vladimir Poutine. Ils appellent la paix de leurs vœux mais se solidarisent avec des slogans hostiles aux démocraties occidentales et ferment les yeux sur le projet autoritaire et liberticide du maître du Kremlin.
Partagez cette publication >

Dans un communiqué publié le 26 février dernier, la Coordination Nationale d’Action pour la Paix et la Démocratie (CNAPD), un collectif belge de mouvements politiques et associatifs militant pour la paix et la démocratie, condamne fermement la décision des autorités russes de recourir à l’emploi de la force dans le conflit qui l’oppose à l’Ukraine et… aux forces de l’OTAN ! Ce communiqué visant initialement à condamner l’intervention militaire russe en Ukraine se transforme très vite en une diatribe contre l’OTAN reprenant les éléments de langage de la propagande russe. La Russie envahit militairement l’Ukraine mais selon la CNAPD, c’est « la politique expansionniste de l’OTAN » qui en serait la cause. « Tout au long de son existence, la CNAPD a perçu l’OTAN comme un facteur de déstabilisation pour la paix et la sécurité internationales. Par conséquent, la CNAPD a sans cesse milité pour sa dissolution et a toujours considéré qu’une paix durable en Europe ne peut être mise en œuvre en faisant fi des préoccupations de sécurité de la Russie ». La CNAPD en profite ensuite pour reformuler comme un perroquet les exigences de Poutine : « L’OTAN doit reconnaître sa part importante de responsabilité dans la crise actuelle. Elle doit désormais faire des concessions et accepter un non élargissement à l’Ukraine, tout en renonçant également à la militarisation de ses Etats membres situés à proximité du territoire russe ».

Comme les tenants du pacifisme intégral face à Hitler dans les années 1930, le dégoût et le rejet de la guerre rend paradoxalement les pacifistes du 21e siècle plus accessibles aux démonstrations de force et à la volonté destructrice dont fait preuve Poutine qu’aux aspirations de démocratie et d’ouverture sur le monde des Ukrainiens. La CNAPD ne voit pas que, contrairement à la Russie, l’Ukraine est une démocratie où son président actuel est arrivé au pouvoir suite à des élections libres et régulières. Elle feint également d’ignorer que l’orientation occidentale pro-OTAN de l’Ukraine est le résultat de la précédente invasion russe de l’Ukraine en 2014 lorsque les mercenaires russes placées sous l’égide d’un ancien officier du renseignement militaire et néo-nazi répondant au nom de guerre « Wagner » (en référence à sa passion pour le 3e Reich) ont fait leurs premières armes avant d’essaimer au Moyen-Orient et Afrique.

Le problème de cette mouvance pacifiste est bien celui de la réflexion sur la nature même d’un régime autoritaire. Son analyse peine à s’émanciper d’un tropisme anti-américain bien insuffisant pour comprendre la Russie actuelle dans toute sa complexité. La force de Poutine réside précisément dans un discours fonctionnant comme une auberge espagnole ouverte à un très large spectre d’extrêmes : aux anti-Américains de la gauche radicale, Poutine promet un rééquilibrage des relations internationales même s’il ne songe qu’à restaurer la grandeur impériale de l’URSS. A l’extrême droite, de défendre les identités nationales et les valeurs traditionnelles de la chrétienté menacée par la décadence occidentale, etc.

Au lieu de crier au complot de l’OTAN, la CNAPD devrait se préoccuper de ce ralliement russe à l’extrême droite contre la démocratie libérale. Ils se renforcent mutuellement et leur coalition vise à déstabiliser l’Europe qui s’est précisément construite sur une logique de paix et dans une dynamique d’ouverture entre les nations. Mais une chose est certaine, en dépit de ses nombreux défauts, le modèle européen de la démocratie libérale fondé sur l’Etat de droit fonctionne bien et sûrement mieux que le régime autoritaire et brutal incarné par la Russie de Poutine.

guest
3 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Sam Suffy
Sam Suffy
10 mois il y a

Oui, le recours à la force est inacceptable, oui le régime autoritaire en Russie est une dictature, la censure exercée par le pouvoir et la propagande, l’emprisonnement des manifestants pacifiques, les menaces de recours à la dissuasion sont d’une violence inacceptables … mais que cela ne nous empêche pas de nous remettre en question, de faire notre examen de conscience, ne sommes nous pas le jouet des USA? Qu’avons nous fait, nous européens, pour faire face à cette invasion annoncée? Comme dans d’autres conflits, (Irak, par exemple) C’est l’Europe qui subi les conséquences d’une politique des USA.

Samy
Samy
10 mois il y a

Salut et paix
Écouter cette analyse de l’Universite de Chicago
Pour nous aider à faire notre examen de conscience
https://youtu.be/JrMiSQAGOS4

Maurice e.
Maurice e.
10 mois il y a
Répondre à  Samy

John Mearsheimer, dont la plupart des prédictions se sont avérées démenties par les faits, est un parfait exemple de ces “experts” académiques autoproclamés, véritables “idiots utiles” de l’angélisme vis à vis de la Russie de Poutine.
Je ne vois rien dans son analyse de quoi faire notre examen de conscience

Découvrez des articles similaires

« L’Ukraine, c’est bon pour les Juifs ? »

Si l’Ukraine fut une terre de sang pour les Juifs, elle est devenue depuis plusieurs années le pays d’Europe centrale et orientale le plus ouvert aux Juifs. Les heures tragiques que connaît ce pays imposent aux Juifs une solidarité sans faille. La défaite de l’Ukraine signifiera immanquablement une régression qui pourrait leur être fatale.

Lire la suite »

L’Edito – Le mirage de l’apolitisme du sport

« On ne se baigne jamais deux fois dans le même fleuve » affirmait Héraclite lorsqu’il soutenait au 6e siècle avant notre ère que tout est perpétuel changement. Pourtant, avec l’organisation de la Coupe du monde de football au Qatar et tous les scandales de corruption et de violations de droits de l’Homme qui entachent cet événement sportif, nous éprouvons le sentiment troublant de ne pas vivre une expérience nouvelle, ni inédite.

Lire la suite »