Artik, l’histoire belge de la barre glacée la plus populaire d’Israël

Michèle Baczynsky
Eliezer Ben Yehouda (1858-1922), le père de l’hébreu moderne, a enrichi le vocabulaire en inventant de nouveaux mots adaptés à la vie quotidienne. Ainsi, pour désigner la crème glacée, il a créé le mot glida.
Partagez cette publication >

L’académie de la langue hébraïque fondée en 1953, inventa aussi un mot spécifique pour la glace mais sur bâtonnet, à la vanille et enrobée de chocolat : shalgon (du mot shèlèg, neige) ainsi que le mot karkhon, la glace à l’eau (du mot kèrakh, glace, dans le sens de l’eau gelée). Finalement, c’est le nom de la très populaire glace Artik qui est, aujourd’hui, devenu en Israël, le mot générique pour toutes les barres glacées.

En 1952, en pleine période d’austérité et de restrictions alimentaires en Israël (la Tséna 1948-1958), un groupe d’entrepreneurs Juifs originaires de Belgique inaugurèrent à Bat-Yam, dans le nouvel Etat juif, la première usine de fabrication de barres glacées : Artik. Une glace à la vanille enrobée d’une couche de chocolat vendue en pleine période estivale et caniculaire, avec, sur le papier d’emballage, un petit esquimau dans son manteau de fourrure et des ours polaires.  Un succès commercial inédit dans l’état naissant.

On peut lire sur un document légué à la Bibliothèque nationale d’Israël : « La première crème glacée était une onctueuse glace blanche en forme de bloc sur un bâtonnet, à l’arôme vanillé et qui mesurait 3x3x8 cm. La glace était enrobée d’une fine couche de chocolat qui croquait sous la dent et qui fondait quand on la mâchait…Cette délicatesse coûtait 15 groush, ce qui représentait beaucoup d’argent à l’époque ».

En 1953, une autre société concurrente, créa à Petakh Tikva, les glaces Kartiv (kar– froid, tiv : mot dérivé de tov, bon), des glaces essentiellement à l’eau avec des colorants et arômes alimentaires. Un an plus tard, les deux sociétés fusionnèrent et créèrent Artik-Kartiv.

Voilà de quoi nous donner l’eau à la bouche dans tous les sens du terme. Dès lors, pourquoi ne pas profiter de l’été ensoleillé pour faire une activité drôle, créative, gourmande et désaltérante avec vos enfants ou petit-enfants où ensemble vous préparerez des glaces kartiv, faites maison, à l’eau et aux fruits…et sans colorants ? Si faciles à réaliser.

Et comme le vendeur de glaces arpentant les plages, sous le soleil cuisant, il nous restera à crier comme lui :

Artik ! Kartiv !
Artik ! Kartiv !
Artik ! Kartiv !

Bon été !

KARTIV ou barre glacée à la mangue/ fraise/ pastèque/kiwi

Ingrédients pour 12 glaces

  • 250 ml de lait de coco
  • 1 mangue mûre
  • 3 kiwis,
  • 300 gr de pastèque (épépinés) ou 400 gr de fraises équeutées
  • 70 gr de sucre de canne ou sirop de dates ou d’agave
  • Moules pour glaces avec bâtonnets

Préparation

  1. Coupez chaque fruit, en morceaux et réduisez-les en purée (au blender ou mixer)
  2. Pour la glace à la mangue, mélangez sa purée à 100 ml de lait de coco.
  3. La mangue mûre étant naturellement très sucrée, il n’est pas toujours nécessaire d’ajouter du sucre. Si vous souhaitez le faire, ajoutez-y du sucre de canne, du sirop de date ou d’agave selon votre goût.
  4. Versez le mélange dans 4 moules et fermez avec le bâtonnet -couvercle.
  5. Pour la glace à la pastèque et celle aux kiwis, vous pouvez légèrement sucrer la préparation avant de la verser dans 4 moules.
  6. Pour la glace aux fraises, ajoutez 100 ml de lait de coco et un peu de sucre ou de sirop de date ou d’agave. Versez dans les moules.
  7. Placez les moules à glace avec les bâtonnets au congélateur.
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Découvrez des articles similaires

Pessah 5784 : Délivrons-nous

Au moment où nous entrons dans la période précédant la fête de Pessah, prenons le temps de nous pencher sur ce que représente cette libération, pour nous mais également pour d’autres. Et comment en tirer des fruits prospères dans une période chaotique.

Lire la suite »