Au secours

Joel Kotek
L'Humeur de Joël Kotek
Partagez cette publication >

Un Etat démocratique se juge autant par sa capacité à satisfaire sa majorité qu’à protéger les droits de ses minorités les plus diverses. Les Juifs de diaspora en savent quelque chose, eux qui furent tant de fois laissés pour compte tant en Cité chrétienne que musulmane. C’est de ces impasses à répétition que naquit le désir d’Israël.
Zalman David Levontin qui fit son alyah au début des années 1880 raconte dans ses mémoires qu’enfant déjà en Russie, il rêvait du Libéria, ce pays fondé par d’anciens esclaves. Les Israéliens qui sont désormais majoritaires chez eux devraient se souvenir de leur condition d’oppression pour éviter d’agir comme leurs anciens voisins polonais ou marocains. Il est facile d’exiger des droits lorsqu’on est minoritaire, plus difficile assurément d’en donner lorsqu’on est majoritaire. Bref, un Etat ne saurait être réellement démocratique s’il refuse de protéger les plus faibles, les plus démunis, les plus excentrés de ses citoyens.

Il est vrai que jusqu’à présent, Israël s’en est plutôt bien tiré. Pour preuve, une Knesset pluraliste composée d’une bonne dizaine de partis politiques dont certains sont mêmes antisionistes. Pour preuve des plages, des universités, des hôpitaux ouverts à la diversité nationale et religieuse. Pour preuve encore un régime de liberté accordé aux minorités de tout type (religieuses, sexuelles, nationales) unique au Moyen-Orient. Israël est à ce jour, le seul Etat démocratique et pluraliste de la région n’en déplaise à nombre de nos amis socialistes et écologistes. Qu’on se le dise, Israël dans ses frontières nationales est tout sauf un Etat qui pratique l’apartheid. Israël est même une exception dans ce Proche et Moyen-Orient en proie à la barbarie islamiste. Pour s’en assurer, il suffirait à nos amis de missionner en Egypte où les Coptes sont des citoyens de troisième zone ; au Qatar où une minorité de nantis exercent un contrôle absolu sur des travailleurs allochtones fragilisées, en Iran où l’on pend les homosexuels, en Turquie qui opprime ses minorités kurdes, alévies, chrétiennes, etc. Et pourtant, c’est Israël, toujours Israël qui est l’objet des critiques de la gauche belge… habitus antisémite et intime nécessité électoraliste obligent. Qui du PS, d’Ecolo ou du PTB se risquerait en effet à dénoncer l’annexion (et non l’occupation) de l’ex-Sahara espagnol et de l’épuration ethnique menée par la Turquie en Chypre du Nord ? Dans le contexte démographique qui est celui de Bruxelles, il n’est pas étonnant que l’opposition à Israël soit devenue le marqueur identitaire de la gauche belge, partis, syndicats et ONG confondus. C’est à qui se montrera le plus anti-israélien et cela évidemment dans la perspective des prochaines élections législatives et régionales.

Toutes ces critiques ne prêteraient pas trop à conséquences si Israël ne risquait pas de ressembler à terme à l’horrible et mensonger portrait qu’on ne cesse de lui dresser. Tous les reproches que l’on adresse bien à tort à Israël pourraient se révéler avérés si l’on songe aux dérives extrémistes de l’actuel gouvernement israélien. Nous l’avons dit en préambule : une démocratie se définit par sa capacité à entendre la voix de l’Autre, de son voisin en particulier. La non-condamnation des émeutes à anti-arabes tiennent du scandale absolu. Comme le souligne Jacob Maguid dans Times of Israël, Netanyahou semble avoir totalement perdu le contrôle de sa coalition. Avis partagé par les responsables américains qui estiment non sans raison que la priorité accordée au développement des implantations aux dépens d’un accord avec l’Arabie saoudite prouve que les extrémistes sont désormais aux commandes. L’éditorialiste israélien souligne d’abord que le gouvernement a accepté d’aller de l’avant avec sa réforme judiciaire controversée et ce, sans le soutien consensuel que le Premier ministre avait promis de solliciter ; qu’ensuite, des habitants des implantations ont violemment saccagé des villages palestiniens à travers la Cisjordanie sans être inquiétés ; qu’enfin, le ministère de la Défense a avancé des plans de construction de plus de 4.500 maisons dans les implantations.

En Israël ce sont désormais les extrémistes qui font la loi face à un Netanyahou qui se refuse d’envisager de quitter le pouvoir même en échange d’une amnistie judiciaire qu’on a tenté en vain de lui proposer en coulisse. Netanyahou, tel un Erdogan, un Poutine ou encore un Trump ne s’imagine pas un seul instant quitter le pouvoir. Pour ce faire, il est prêt à sacrifier l’avenir d’Israël.

Heureusement, tout ne semble pas encore perdu.  Il y a bien sûr la formidable mobilisation de la société civile israélienne. Il y a même des réactions à droite qui donnent quelques lueurs d’espoirs. Le rabbin Leo Dee, dont la femme et les deux filles ont été tuées dans un récent attentat, a condamné le déchaînement de violence de partisans du mouvement pro-implantation survenu dans le sillage d’un attentat au cours duquel quatre autres Israéliens avaient été assassinés par des membres d’un groupe terroriste palestinien. « Les violences juives à l’égard d’Arabes innocents sont un Khiloul Hashem qui ne crée que de l’obscurité dans le monde », a-t-il jugé opportun de rappeler dans un discours sans concession en utilisant le terme en hébreu qui signifie « profanation du nom de Dieu ». « Cela ne saurait être pardonné dans une vie tout entière … Notre objectif ? C’est d’être une lumière parmi les nations ». S’il a peu de chance d’être entendu par les membres de l’actuelle coalition, tout porte à croire que ce gouvernement de voyous (je ne vois pas d’autres mots) ne devrait pas tenir. Bonnes vacances.

S’abonner
Notification pour
guest
7 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Douenias Giacomo
Douenias Giacomo
9 mois il y a

Dommage que vous terminiez votre article, autrement assez équilibré, par l’expression “gouvernement de voyous”. J’ai voté pour ce gouvernement, comme, ne vous en déplaise, la majorité du peuple israélien!

Louis Kanarek
Louis Kanarek
9 mois il y a

D’accord avec vous sur le contenu de votre article.
Malheureusement je suis moins optimiste que vous pour l’avenir d’Israël, car à son rythme de croissance actuel la population haredi double tous les vingt ans.

Isaac
Isaac
8 mois il y a

Ou sont les vrais leader d une autre époque de notre communauté ?
Ceux qui auraient défendu l etat d Israël attaqué par les gauchistes de notre communauté
Ceux qui comme les honorables Weitz,Renous,Spiegl seraient présents pour dire pourquoi le gouvernement israélien à eu raison de faire voter la dernière loi à la knesset
Et aussi faire savoir au ccojb qu il n à pas le droit de publier des communiqués qui provoquent des divisions parmi nous
J appelle les responsables des institutions qui ne se reconnaissent pas dans la condamnation d Israël par le ccojb à retirer leur association de cette institution
Le cclj critique c est son droit puisqu’il représente une opinion respectable mais le ccojb qui incarne soit disant tous les courants d opinion devait se taire

Richard
Richard
8 mois il y a
Répondre à  Isaac

Isaac
Permettez mou de compléter et de corriger une injustice en citant aussi monsieur Simon Bretholz qui a été le plus grand président que la fédération sioniste ait connu depuis sa création.
Je précise n avoir aucun lien de parenté avec lui
Chabbat Chalom
Richard

Anne
Anne
8 mois il y a
Répondre à  Richard

Cher Richard,
Pour écrire une telle ânerie vous ne devez rien savoir de ce qu’a été la Fédération sioniste avant qu’elle ne tombe dans les oubliettes de l’histoire. Son meilleur président a été, sans conteste, Monsieur Weitz. Ses multiples qualités, sa générosité et son intelligence ont été telles qu’elles ont permis de placer cette institution parmi les grandes de notre communauté. Il a dépassé et de très loin les qualités de ses prédécesseurs. Quant à ceux qui l’ont suivi ils n’ont réussi qu’à détruire lentement ce qui avait été construit.
Voilà la vérité rétablie et je précise aussi que je ne suis pas parent de Monsieur Weitz.

Liliane
Liliane
7 mois il y a
Répondre à  Isaac

Monsieur,
Pour répondre à votre question :
Monsieur Renous est malheureusement décédé il y a des années
Monsieur Weitz a quitté la Belgique pour s’installer en Israël. Quoi de plus normal pour un ancien président de la Fédération Sioniste ?
Monsieur Spiegl vit aussi en Israël depuis quelques années.
Chana Tova à tous les lecteurs de ce forum

Dr Amos Zot
Dr Amos Zot
7 mois il y a
Répondre à  Isaac

Issac,
D’accord avec toi pour ce qui est du CCOJB. Pour le CCLJ d’accord avec toi également pour autant que la critique n’use pas du double standard contre Israël ; ce qui est malheureusement quasi systématique dans le chef de Zomersztajn, Barnavi , Schillo et Kichka.

Découvrez des articles similaires

Sur la route de Jérusalem…

Pérégrinant à travers Israël en quête d’un second souffle, Qui-vive (Éditions de l’Olivier) de Valérie Zenatti, met en scène la trajectoire d’une femme tourmentée dans un monde écrasé par les tragédies. Un roman magistral et sensible.

Lire la suite »