Smotshè, biographie d’une rue de Varsovie

Henri Raczymow
Quelle bonne idée Gilles Rozier a eue de traduire ce livre étonnant, et de l’éditer. La biographie d’une rue du quartier juif de Varsovie, Muranow, du temps où il y avait des Juifs à Varsovie (un tiers, alors, de la population). Smocza en polonais ; en français : la rue du Dragon.
Partagez cette publication >
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur print

Inutile de le dire : ce n’est pas précisément la rue des riches. Le grand reporter Albert Londres la traverse vers 1929 et se bouche le nez tant les odeurs l’incommodent : “Cette odeur est un mélange d’essence d’oignon, écrit-il, d’essence de hareng salé et d’essence de fumée de caftan, en admettant qu’un caftan fume comme fume la robe d’un cheval en nage.” Encore Albert Londres était-il judéophile : imaginez alors un antisémite traversant ce quartier ! Mais non, on ne peut même pas l’imaginer! Pauvreté certes, mauvaises odeurs, soit, mais quelle intensité, quelle effervescence culturelle ! C’est bien là un concentré de la vie juive polonaise d’avant le Khurbn, avec sa presse, ses maisons d’éditions, ses écoles, ses partis politiques, ses bibliothèques, ses oratoires orthodoxes ou hassidiques, ses théâtres…
Benny Mer

Nous visitons donc la rue Smotshè où passent tramway et charrettes, numéro après numéro, maisons aux cours innombrables, entre les rues Nowolipie et Stawki, traversant du nord au sud ce qui serait le ghetto, touristes un peu spéciaux puisque pas la moindre trace d’existence de l’endroit n’a subsisté, et pour cause. Ce livre, est une enquête qui vient après. Après les témoignages des survivants du Ghetto, après les livres des historiens. Ces sortes d’enquêtes qui surgissent quand il n’y a plus rien. L’auteur le mentionne lui-même : sa démarche s’inscrit dans celle de Patrick Modiano avec Dora Bruder ou de Daniel Mendelsohn avec Les disparus. Ceux qui partirent à la recherche improbable des traces et en rapportent du moins un beau livre. C’est ici le cas, où l’inscription de tous ces noms rencontrés vaut kaddish.

guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Découvrez des articles similaires

Qui sont les juifs d’Anvers?

Malgré une taille similaire, les deux principales communautés juives du pays, Bruxelles et Anvers, n’entretiennent l’une avec l’autre que peu de liens concrets. Nombreux sont même les Juifs de Bruxelles qui se demandent aujourd’hui qui sont les Juifs d’Anvers. Ultra-orthodoxes, sionistes ou non, traditionalistes, religieux, laïques, polonais, géorgiens, la diversité est réelle et les changements de ces dernières années incontestables.

Lire la suite »

Athénée Maïmonide : suite et fin

Faute d’élèves, l’Athénée Maïmonide a fermé ses portes alors qu’elle devait célébrer son 70e anniversaire. Bien que ses dirigeants invoquent la localisation dans un quartier sensible éloigné des lieux de résidence des Juifs, nombreux sont ceux qui expliquent cette fermeture par l’inadéquation de son enseignement juif orthodoxe avec une population juive bruxelloise majoritairement non religieuse.

Lire la suite »