Ixelles ne suit pas Liège dans le boycott Israël

Nicolas Zomersztajn
Lors de la séance du Conseil communal d’Ixelles du 25 mai 2023, deux élus PTB ont déposé un projet de motion de boycott d’Israël. Copie conforme de la motion votée par la ville de Liège en avril dernier, elle n’a pas bénéficié du soutien de la majorité du Conseil communal ayant préféré voter un amendement global déposé par les groupes PS et Ecolo-Groen.
Partagez cette publication >

Après l’adoption par le Conseil communal de Liège d’une motion présentée par des élus PTB visant à boycotter Israël, il était prévisible que d’autres élus PTB, gonflés à bloc par le succès de cette première belge, présentent une résolution de ce type dans leurs communes respectives. C’est ainsi que les deux élus PTB que compte le Conseil communal d’Ixelles ont déposé une motion de boycott d’Israël identique à celle de leurs camarades liégeois. Comme à Liège, cette motion, évoquant la « violence structurelle de l’apartheid israélien », prévoit de « suspendre temporairement ses relations avec l’Etat d’Israël et avec les institutions complices israéliennes jusqu’à ce que les autorités israéliennes mettent fin aux violations des droits du peuple palestinien et respectent pleinement les obligations qui leur sont imposées par le droit international et les différentes résolutions des Nations Unies ».

Mais les deux élus PTB ont voulu aussi s’en prendre à une singularité ixelloise en s’attaquant au positionnement de cette commune bruxelloise en faveur des acteurs de paix israéliens et palestiniens. Mal leur en a pris. La motion présentée par le PTB demande la suspension de l’accord de jumelage qu’Ixelles a conclu en 2012 avec la ville israélienne de Megiddo. Ce jumelage s’inscrit d’ailleurs dans la dynamique de partenariat encouragée par les Nations Unies dans la mesure où Ixelles avait conclu en 2003 un accord de jumelage avec la localité palestinienne de Zababdeh. Une des principales motivations ayant présidé ce double jumelage était précisément d’apporter un soutien aux partisans de la paix en créant des espaces et des moyens de rencontre, de dialogue et de compréhension entre les deux peuples. Cette initiative originale a en effet permis de développer des projets de coopération entre Ixelles et ces deux localités, l’une israélienne et l’autre palestinienne. En demandant de mettre un terme à ce partenariat avec une ville israélienne de gauche encore investie dans le combat pour la reconnaissance d’un Etat palestinien, les deux élus PTB ont surtout révélé leur antisionisme radical et obsessionnel puisque leur motion sanctionne, non pas les tenants de l’occupation et de la colonisation, mais des Israéliens unissant leurs efforts avec des Palestiniens pour maintenir des relations pacifiques.

Amendement global du PS et Ecolo-Groen

La remise en cause de ce double jumelage a évidemment braqué la majorité des conseillers communaux déjà échaudés par l’attitude peu collégiale des élus PTB. Traditionnellement, ce type de motion est discutée préalablement entre les différents chefs de groupe du conseil communal afin d’adopter un texte voté à l’unanimité. Cette réunion a bien eu lieu mais le chef de groupe PTB brillait par son absence ! Par ailleurs, il était stipulé très clairement que le PTB n’acceptait pas de report au dépôt de cette motion à une date ultérieure afin de laisser le temps à la discussion. C’est ainsi que les chefs de groupe de la majorité ont décidé de présenter un amendement global au projet de motion du PTB. Cet amendement voté par la majorité du Conseil communal, rendant ainsi caduque la motion de boycott du PTB, demande notamment que « la Belgique mette rapidement en œuvre les accords de gouvernements établissant les sanctions contre la politique d’annexion des territoires palestiniens et en approfondissant les mesures de différenciation pour exclure les colonies israéliennes des relations bilatérales entre Israël, la Belgique, l’Union européenne, en ce compris les coopérations entre entités locales ». La commune d’Ixelles exprime donc ses préoccupations envers la politique de colonisation du gouvernement israélien sans se lancer dans un boycott insensé.

« Une fois de plus, ce soir à Ixelles, le conflit israélo-palestinien est instrumentalisé et importé dans notre pays. Une fois de plus, sans nuance aucune pour le texte du PTB, mais avec un manque de nuance quand même pour le texte amendement de la majorité.  Israël est seul sur le banc des accusés, dans un conflit qui oppose deux parties également responsables », a déploré lors du débat Viviane Teitelbaum, conseillère communale MR pour ensuite rappeler dans quelle mesure Israël n’est pas un Etat apartheid. Il est important d’ajouter que lors du débat en assemblée, tous les groupes politiques, y compris ceux de l’opposition (MR, DéFI et Les Engagés), ont très clairement dénoncé le texte de motion de boycott du PTB en rappelant la duplicité de ce parti concernant les violations des droits de l’Homme, notamment lorsqu’il se distingue par son atonie extraordinaire sur la Chine et la Russie et son incohérence en voulant rompre un partenariat porteur d’un dialogue encouragé par la Communauté internationale.  

S’abonner
Notification pour
guest
2 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Fischer
Fischer
1 année il y a

Attention, les élections c’est dans un an c’est à la fois loin et tout près ! J’habite Saint-Gilles !

Dernière modification le 1 année il y a par luc.fischer49
Rudy
Rudy
10 mois il y a
Répondre à  Fischer

Liège bourgmestre socialo. CQFD. C’est comme l’ancien président du même PS qui ne savait même pas qu’il y avait des juifs pauvres. Et cela a été premier ministre !

Découvrez des articles similaires