Le(s) çons

Joel Kotek
L'Humeur de Joël Kotek
Partagez cette publication >

Je le répète, à longueur de chroniques, nous entrons dans une série de zones de turbulences qui n’augurent absolument rien de bon. Tout est là pour en témoigner. Partout, de la Pologne aux États-Unis en passant la Belgique, les partis anti-immigration gagnent des parts de marché. Jusqu’en Israël, ce qui m’amène à ce terrible constat : l’histoire ne sert à rien sinon à nous amuser de nos lâchetés toujours répétées. Prenez le glorieux peuple juif, l’étalon de la souffrance et des persécutions sans cesse répétées, d’est en ouest, du nord au sud. Oui, n’en déplaise aux nouveaux « antiracistes », les Juifs restent les objets de la plus longue haine (antisémitisme) et les victimes du pire génocide (Shoah) de l’histoire. Eh bien, ce glorieux peuple semble oublier les leçons de sa propre histoire.

Souvenons-nous qu’Israël a été construit par des pionniers russes, polonais, lituaniens sans aucune expérience démocratique. Leur quotidien était celui de l’iniquité, de la violence, de la haine et pourtant, cela ne les empêcha pas de construire un État modèle, juif et démocratique, une exception au Proche et Moyen-Orient. Ils mirent sur pied, dans un contexte de haine obsidionale, un État démocratique, occidental, respectueux de la séparation des pouvoirs chère à Montesquieu. L’utopie supposait qu’à terme Israël allait inspirer ses voisins, bref, occidentaliser en profondeur le Moyen-Orient. Le constat est amer : c’est l’Orient qui semble avoir pris le dessus sur l’Occident avec une nouvelle génération d’hommes politiques qui, je le déplore, s’inscrit dans les pas des leaders xénophobes de l’Europe centrale de l’entre-deux-guerres. Mêmes velléités de construire un État national-religieux, même méfiance à l’égard de la justice, même hubris destructrice.

Orientalisation toujours accélérée, si l’on songe que le dessein inavoué des partis religieux, sionistes comme antisionistes, est de construire un État qui s’apparenterait à bien des égards au régime des Mollah. Que sont nos rabbins orthodoxes devenus ? Il est vrai que l’exigence de justice et d’égalité est le plus souvent le fait de groupes minoritaires ou persécutés qui, une fois libérés de leurs chaînes, se révèlent tout aussi intolérants que leurs anciens persécuteurs. On exige loin de chez soi des droits qu’on bafoue chez soi. Allégrement. Pouvez-vous me citer un seul État arabe démocratique ? L’État juif va-t-il s’engager dans cette voie sans issue ; un État faisant jusqu’ici exception à la règle, quoiqu’en disent les organisateurs d’un récent et ubuesque colloque bruxellois sur l’antisémitisme où, soulignons-le, il ne manqua à l’appel que le frère Tariq Ramadan, naguère choyé par d’éminents pompiers pyromanes de notre communauté !

Le pire est possible si l’on songe aux réactions totalement dingues (je choisis ce mot trivial à dessein) de députés religieux à la déclaration (pour une fois) sensée du pyromane en chef de l’État juif. Bibi eut l’audace de rappeler aux quelque 30.000 Hassidim, désireux de se rendre au pèlerinage d’Ouman en Ukraine, que « Dieu n’avait pas toujours protégé les Juifs, ni sur le sol européen, ni sur le sol ukrainien. » Paroles d’hérétique (sic) qui furent immédiatement dénoncées par des députés religieux, antisionistes comme sionistes. La réaction la plus virulente émana d’Israël Eichler, un député du parti ultra-orthodoxe Yahadout HaTorah qui, fustigeant « l’ignorance » de Netanyahou, indiqua qu’il pensait que c’étaient les « sionistes », plutôt que Dieu, qui étaient responsables des souffrances des Juifs pendant la Shoah ! Et que croyez-vous que Netanyahou ait fait : rien, évidemment, pour être précisément l’otage des religieux. En ce début de siècle, le négationnisme que l’on pensait l’apanage des seuls antisémites a désormais sa section juive.

Somme toute, la seule leçon que l’on peut tirer de l’histoire, c’est qu’on ne peut en tirer aucune. Prenez ces 300 rabbins qui ont accepté de se réunir à Bakou, capitale d’un État engagé à épurer ethniquement, par la force et/ou la faim, l’enclave arménienne du Haut-Karabagh. Gageons que l’excursion se fit à bas coût. Le pire est à venir : certains d’entre eux (une minorité) se crurent obligés d’adresser un courrier désobligeant au président arménien l’accusant, ni plus ni moins, de négationnisme. Convenons-en, du fait de sa géopolitique, l’Azerbaïdjan est une démocrature qu’Israël entend désormais soutenir et ce, au nom d’intérêts politiques (et économiques) bien compris. De là, des livraisons d’armes qui ont permis aux forces armées azéries de vaincre ceux que je tiens comme nos frères d’infortune. À tout bien penser, cette alliance témoigne, elle aussi, de la normalisation d’Israël, un État qui entend agir selon la seule raison d’État. Cette logique explique pourquoi Israël, qui livre des armes offensives à un État agresseur, choisit de ne pas fournir à l’Ukraine, un État agressé, des armes défensives et ce, malgré la judéité de son président. J’ai honte pour l’Arménie. J’ai honte pour l’Ukraine, d’où je vous écris cette chronique. Toutes ces considérations géopolitiques m’amènent à implorer les Juifs comme les Israéliens de cesser d’invoquer à tout bout de champ la lâcheté des dirigeants européens et américains face à la Shoah. Camarades, nous avons les mêmes à la maison !  

P-S. Vous n’allez pas me croire mais j’estime qu’un sursaut est possible en Israël ; société civile, intellectuels et rabbins libéraux obligent.

S’abonner
Notification pour
guest
7 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Douenias Giacomo
Douenias Giacomo
7 mois il y a

Monsieur Kotek. Je m’étonne que la plus grande partie de votre article soit consacrée aux faits religieux survenus récemment en Israël. Ce n’est certainement pas ce qui intéresse le plus les lecteurs du CCLaiqueJ !
Je pense que la mainmise sur l’Etat par le pouvoir judiciaire devrait être plus intéressant comme sujet. C’est à rectifier cette anomalie que c’est attelé Benjamin Nethanyahu et sa coalition. Et si cette dernière comporte des extrémistes religieux, il faut faire avec ! Après tout la coalition précédente n’a pu se constituer que grâce au soutien d’élus arabes !
Votre ‘’billet d’humeur’’ m’a appris beaucoup de choses et je vous en remercie. Toutefois souffrez que je vous dise que j’ai trouvé indigne le fait que vous qualifiiez de ‘’pyromane en chef de l’Etat juif’’ le Premier Ministre d’Israël.

Dr Amos Zot
Dr Amos Zot
7 mois il y a

Reprocher à Israël d’agir selon la raison d’ Etat est du double standard car tous les pays agissent de la sorte. Reprocher à Israël qui n’est pas membre de l’OTAN et a une “frontière” commune avec la Russie de ne pas assez aider l’Ukraine est également du double standard. Quel autre pays non membre de l’Otan et ayant des troupes russes à sa frontière aide plus l’Ukraine qu’Israël? Lapid, Ganz,… étaient OK pour un gouvernement avec le Likoud mais NOK pour un gouvernement avec Netanyahu élu démocratiquement chef du Likoud. Et c’est ce dernier que vous qualifiez de pyromane. Comparer l’attitude d’un petit pays comme Israël en guerre depuis 75 ans avec celle des Américains, Anglais,… qui ont refusé de bombarder les chambres à gaz d’Auschwitz de peur, vu l’imprécision des frappes, de tuer des Juifs se trouvant dans le camp mais pas encore dans les chambres à gaz est indécent . La comparaison avec l’Iran ne tient pas non plus.

Joël Kotek
Joël Kotek
7 mois il y a
Répondre à  Dr Amos Zot

Israël aurait pu reconnaître le génocide des Arméniens, non ? Et livrer des armes défensives. Les attaques du Hamas contre Israël témoignent de la nécessité d’avoir aussi des amis, des alliances.

Dr Amos Zot
Dr Amos Zot
7 mois il y a
Répondre à  Joël Kotek

La raison d’Etat exige d’Israël de ne pas reconnaître le génocide des Arméniens pour essayer de renouer avec la Turquie d’Erdogan; nécessité d’avoir des amis ou pas trop d’ennemis.  Les USA , première puissance économique et militaire au monde, ont attendu plus de 106 ans pour reconnaître ce génocide ; Israël n’existe que depuis 75 ans et est en guerre depuis sa création.. On traverse Israël d’Est en Ouest en 20 minutes, il vaut donc mieux ne pas trop froisser Poutine. Tous ceux qui , lors des attaques précédentes du Hamas, ont exigé de la retenue d’Israël ou ont condamné des réactions disproportionnées, sont aussi responsables de ce qui vient de se passer: massacre de plus de 800 civils et 2000 blessés. Les politiciens, journalistes, universitaires qui ne condamnent pas ce massacre ou qui l’excusent devraient être condamnés à des peines de prison pour incitation au crime ; ceux qui font un parallèle entre ce pogrom et les civils palestiniens tués lors des frappes israéliennes visant des cibles militaires ( dépôt d’armes quartier général, tunnels offensifs, ..) en mettant parfois leurs propres soldats en danger pour réduire au minimum les dommages collatéraux tout en prévenant par divers canaux ( médias, tracts, téléphone,… )  les civils pour qu’ils fuient la zone visée, est presque aussi abject et mérite aussi des sanctions pénales.

Douenias Giacomo
Douenias Giacomo
7 mois il y a

Cher Joël, Comment osez-vous ? Comment osez-vous insinuer que Netanyahou soit la cause de l’attaque infâme que subit notre pays ?
La décence élémentaire ne vous empêche pas, malgré les circonstances tragiques, d’enfourcher vos thèmes favoris qui sont la laïcité et l’anti-calotin à outrance et donc l’antijudaïsme, l’anti-reforme judiciaire et surtout l’anti-Bibi !
Vos obsessions sont très mal placées aux heures tragiques que traverse Israël. Comment osez-vous ?

Douenias Giacomo
Douenias Giacomo
7 mois il y a
Répondre à  Douenias Giacomo

Je constate que le message de Joel Kotek auquel j’ai répondu à 10:40 a été effacé, probablement par l’auteur. C’est heureux qu’il se soit rendu compte de la gravité de son propos.

Daniel Donner
Daniel Donner
7 mois il y a

Bonjour Joel,
D’habitude je suis plutot d’accord avec vos analyses. Cette fois quelque chose me gene dans le ton, tres proche de ceux qui nous accusent d’agir comme nos bourreaux.
Israel, contrairement aux autres etats n’a pas vraiment le choix de ses alliances. Si il ne peut reconnaitre le genocide armenien a la facon des europeens il le fait souvent de facon detournee. Et je me demande si le gouvernement benett ne l’a pas fait. Je me rappelle peut etre de facon erronnee une interview du ministre des affaires etrangeres lapid.
De plus, avec trop de gens, vous n’expliquez pas assez votre affirmation de votre comparaison a d’autres etats qui se sont donnés des dirigeants populistes. Concernant la separation des pouvoirs, je pense que la direction actuelle, pour le moment, et je le repete, pour le moment, n’a pas mis a mal la democratie en israel. La clause de raisonnabilite etait a mon avis une atteinte a la democratie en permettant a un juge non de justifier son jugement par des lois mais par son intime conviction.
A propos de rabbins reunis, “Gageons que l’excursion se fit a bas cout” ecrivez-vous rejoignant la les pires remarques des antisemites sur les juifs et l’argent.
Je m’arrete la, esperant que ce fut ecrit trop vite sous l’effet des emotions qui vous ont submergés. Espérant donc que les emotions si determinantes pour l’esprit woke n’atteindront plus votre raisonnement.
Bien a vous
Daniel Donner

Découvrez des articles similaires

Le Juif de service

Le conflit au Proche-Orient a un effet secondaire rapidement visible au quotidien : il nous réassigne à nos identités respectives supposées. Pour qui n’aime pas verser dans le cloisonnement, cette atmosphère est évidemment étouffante. Comment faire pour ne pas se laisser enfermer ?

Lire la suite »

Victimes et héros de la Shoah à Bruxelles

Jean-Christophe Dubuisson a publié L’épopée de huit réfugiés juifs allemands dans l’Europe occupée (Éditions Racine). Dans cette fresque poignante, il nous fait découvrir des faits et des personnages méconnus du grand public, depuis l’émigration des Juifs allemands durant les années 1930 au sort réservé par la Gestapo à ceux qui cachaient des Juifs à Bruxelles, comme le firent ses propres arrière-grands-parents reconnus comme Justes parmi les Nations.

Lire la suite »