Visite des enfants de Shalom Alehem au Musée Juif : l’enfance de l’art

Noémi Garfinkel
Chaque samedi matin de 10h à 12h30, l’Ecole Shalom Alehem propose aux enfants une manière ludique et interactive de découvrir la richesse du judaïsme, ses symboles, ses traditions, tout en transmettant les valeurs humanistes et laïques qui font l’âme du CCLJ. C’est dans ce cadre que les enfants ont visité le Musée juif de Belgique.
Partagez cette publication >

Dès l’âge de 3 ans, les enfants peuvent prendre part à l’école Shalom Alehem, lieu et moment d’apprentissage et de création, dont les activités offrent un cadre et un mode d’éducation ludique, en complément de la transmission du judaïsme dans le cadre familial. À l’origine animée par Judith et Claudine, « la petite école de shabbat » réunit tous les samedis matin au CCLJ un groupe d’enfants âgés de 3 à 6 ans, pour jouer, chanter, dessiner, bricoler, raconter des histoires, tout en se familiarisant avec l’hébreu, ainsi qu’avec les temps forts de l’histoire et de la tradition juives. Accueillis dès 10 heures par Claudine Frydman et Audrey Elbaum -qui a pris la succession de Judith après l’avoir assistée, à sa sortie de la JJL où elle était madriha- les enfants sont rejoints par leurs parents à 12h10 pour célébrer shabbat tous ensemble. Au programme : allumage des bougies, bénédiction et distribution de hallot, tandis que les enfants partagent avec enthousiasme tout ce qu’ils ont découvert, compris et créé.

En 2020 et 2021, les réunions hebdomadaires du groupe ont évidemment été affectées par la crise du Covid 19, les activités de Shalom Alehem ont été suspendues. Mais à l’automne 2021, les musées ont rouvert, et sont devenus des lieux improvisés -et néanmoins autorisés- de rassemblement à petite échelle. Diplômée d’études artistiques (Saint-Luc), agrégée de philosophie, enseignante en primaire et en secondaire, Audrey Elbaum, en plus de son expérience de onze ans à Shalom Alehem, dont presque quatre en tant que responsable, travaille également comme bénévole au Musée Juif de Belgique. Une réflexion sur l’avenir du programme en période de crise, menée avec Chloé Van Lancker, directrice de la Maison des jeunes, les a conduites à s’adresser à Janne Klugling, responsable des services éducatifs du musée. Celui-ci pourrait-il servir de lieu d’accueil temporaire de Shalom Alehem ? Janne a accueilli la proposition avec cœur, et si le projet ne s’est finalement pas fait chaque semaine, l’idée de visiter régulièrement le musée avec les enfants a semblé évidente à toutes les parties prenantes.

Les adultes guidés par les enfants

C’est ainsi que le 4 juin dernier, les enfants ont retrouvé Audrey et Claudine rue des Minimes, pour une visite exceptionnelle des salles de la collection permanente, qui rassemble des objets de culte et des œuvres d’art, truffés de ces symboles si familiers, connus et reconnus des enfants, faciles à mettre en lien avec tout ce qu’ils ont découvert après un, deux, ou trois ans de participation au programme ; Audrey insiste sur un point : ce sont eux qui ont mené la visite et guidé les adultes, et non l’inverse. En fin de parcours, comme d’habitude, les parents se sont joints au groupe pour fêter une fois de plus shabbat ensemble, dans ce cadre si pertinent et stimulant. Audrey décrit cette inversion positive des rôles comme un parfait reflet de ce qu’elle a elle-même vécu au fur et à mesure que sa mission a évolué au sein de Shalom Alehem : d’abord assistante de Judith, elle ne prévoyait pas de devenir responsable du programme. C’est en s’interrogeant quant à sa propre relation au judaïsme et avec le départ de Judith que cette prise de responsabilités est née, et qu’Audrey a pu s’émanciper et construire progressivement un projet de transmission très personnel.

Le 10 septembre prochain, Shalom Alehem fera sa rentrée, toujours avec Audrey mais sans Claudine, qui, après quelque vingt ans de présence, prendra une retraite bien méritée. Les inscriptions sont ouvertes, les petits sont attendus avec impatience pour une nouvelle année de découvertes et d’apprentissage dans la joie.

guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Découvrez des articles similaires

Pour le respect de la neutralité de la fonction publique bruxelloise

Ayant choisi de contribuer au débat sur la neutralité de la fonction publique régionale initié par le Parlement bruxellois, le CCLJ a souligné la nécessité pour la région bruxelloise d’interdire le port de signes convictionnels, religieux et idéologiques, par leurs agents afin de garantir à tous et à toutes un service public efficace et impartial.

Lire la suite »

L’Edito – Le malaise que suscite le débat sur l’abattage rituel

Alors que le Parlement bruxellois poursuit ses débats sur l’interdiction de l’abattage sans étourdissement préalable, les représentants de la communauté juive de Belgique ont eu l’occasion d’exhorter les députés de cette assemblée à ne pas voter cette interdiction qui condamnera à terme l’abattage rituel juif sur l’ensemble du territoire belge.

Lire la suite »