Petits nuls et grands héros

Noémi Garfinkel
Strabismes, la chronique de Noémi Garfinkel
Partagez cette publication >


C’est le 23 février que Vladimir Poutine a choisi pour (re)lancer les opérations militaires d’attaque et d’invasion de l’Ukraine, soit la date symbolique du Jour du défenseur de la patrie, jour férié russe hérité de l’Union soviétique, dont le seul nom évoque l’élan philanthropique qui saisit tout bienfaiteur de l’humanité qui se respecte avant de raser un pays #lecoeursurlamain. Ce sens du symbole et du timing rappellent les faits d’armes de dictateurs tristement célèbres, qui, en bons obsessionnels bloqués au stade anal dans leur développement psycho-affectif, ont offert au monde des moments tels que l’invasion de la Pologne en 1939, qui survint une semaine tout pile après la signature du pacte germano-soviétique, ce qui précipita le début de la deuxième guerre mondiale. #Hitler+Staline=Amour

À l’heure actuelle, entre crises humanitaire, alimentaire, énergétique, migratoire et politique, tandis qu’un ancien acteur de série, rendu célèbre par son rôle de prof intègre accédant par hasard à la présidence de l’Ukraine est pour de vrai devenu le chef d’état ukrainien, et a révélé un courage et un charisme peu communs, certains hommes et femmes politiques cumulent petits mots, petites phrases, qui trahissent leur choix de soit fermer les yeux sur l’agression caractérisée, soit, pour les plus courageux d’entre eux, de vouloir la comprendre, l’expliquer, la justifier.
Tout récemment, dans un entretien consacré, entre autres, à la rancoeur de ses nombreux adversaires politiques locaux, Volodymyr Zelensky, évoqua fugacement le judaïsme laïc transmis par ses parents, et déclara “le fait que je sois Juif se classe seulement en 20e position dans ma longue liste de défauts”, preuve, s’il en fallait, qu’en tout Juif, même le moins observant, et en toutes circonstances, même les plus terribles, subsiste l’humour, juif bien entendu.
Quant au florilège de déclarations aussi inexactes au regard de l’Histoire que révoltantes du point de vue moral, retenons la date hautement symbolique du 6 mars 2022, en souvenir du 6 mars 1933 où au lendemain d’élections truquées favorisant les nazis en Allemagne, les Polonais occupèrent le port de Danzig. Ce 6 mars 2022 fut le jour choisi par Éric Zemmour pour accueillir en ses rangs lors d’un meeting à Toulon un jeune au bras tendu en salut hitlérien peu équivoque mais jamais ni reconnu ni condamné par Zemmour lui-même, ainsi que Marion Maréchal-Nous Voilà-Le Pen, dont la blondeur et la beauté de sirène (sic) auraient presque fait perdre la tête (enfin, ce qu’il en reste) au fou du Puy Phillipe de Villiers, à deux doigts de l’appeler Aryenne la petite sirelle.
Enfin, plutôt que de tendre le micro à quelques agités sans âme qui parlent pour ne rien dire, mieux vaudrait mettre en lumière l’âme slave des Russes qui s’opposent à la guerre de leur leader, en brandissant des pancartes blanches, muettes, et qui disent tout.

guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Découvrez des articles similaires

« L’Ukraine, c’est bon pour les Juifs ? »

Si l’Ukraine fut une terre de sang pour les Juifs, elle est devenue depuis plusieurs années le pays d’Europe centrale et orientale le plus ouvert aux Juifs. Les heures tragiques que connaît ce pays imposent aux Juifs une solidarité sans faille. La défaite de l’Ukraine signifiera immanquablement une régression qui pourrait leur être fatale.

Lire la suite »